Méthodes pour corriger l'état du syndrome hypothalamique

Accident vasculaire cérébral

Dans la zone du diencéphale, sous les bosses responsables de la vision, se trouve l'hypothalamus (diencéphale), qui régule le centre du fonctionnement du système nerveux neuroendocrinien et autonome. La glande pituitaire, une glande qui produit des hormones pour l'hémostase normale, assure le bon fonctionnement du corps. Le dysfonctionnement hypothalamique est la cause de l'échec des processus endocriniens et métaboliques et, par conséquent, de la désorientation du système nerveux central dans n'importe quel domaine d'activité.

La violation de la partie hypothalamo-diencéphalique du cerveau entraîne une augmentation du poids corporel, un déséquilibre de la température, une infériorité de la fonction de reproduction, des perturbations du fond hormonal, une pathologie de la croissance, une altération du sommeil et de l'éveil. Le syndrome hypothalamique (HS, HTS) combine une variété de symptômes qui reflètent le trouble de presque toutes les fonctions corporelles, de sorte que l'anomalie est difficile à diagnostiquer. Les femmes de moins de quarante ans et les adolescentes pendant la puberté sont sujettes à des changements pathologiques.

  1. Les raisons du développement du syndrome hypothalamique
  2. Classification et principaux symptômes
  3. Formes et signes du syndrome
  4. Complications dangereuses
  5. Recherche nécessaire
  6. 6 soins
  7. Prévision et prévention

Les raisons du développement du syndrome hypothalamique

L'étiologie de la maladie est un certain nombre de facteurs provoquants de nature organique, congénitale ou acquise. Les processus infectieux et inflammatoires au cœur du syndrome hypothalamo-hypophysaire comprennent:

  • abcès cérébral;
  • méningite cérébro-spinale à évolution purulente;
  • tuberculose;
  • varicelle;
  • encéphalite de nature virale;
  • rougeole.

Les lésions vasculaires peuvent entraîner le développement d'un syndrome hypothalamique:

  • vascularite intracrânienne;
  • lupus érythémateux (systémique);
  • accident vasculaire cérébral;
  • malformation des artères;
  • l'athérosclérose;
  • hémorragie cérébrale.

La cause du développement de la maladie peut être:

  • tumeurs et œdème de l'hypophyse, des tissus ganglionnaires, de la glande pinéale;
  • épendymome (kyste);
  • hémangiome;
  • Néoplasmes malins;
  • leucémie;
  • métastases cancéreuses.

Le syndrome peut provoquer des troubles métaboliques dans le cerveau dus à une anomalie hématopoïétique interstitielle aiguë. Et aussi dans la genèse se trouve une lésion dégénérative sous forme d'hyperplasie gliale, sclérose nodulaire, dans les cas graves - ramollissement du tissu cérébral.

Les causes physiques de la manifestation de la maladie comprennent:

  • intervention chirurgicale dans la glande pituitaire;
  • traumatisme de l'hypothalamus;
  • nécrose du tissu diencéphale due à la radiothérapie en oncologie;
  • lésion cranio-cérébrale.

Le facteur provoquant est l'utilisation à long terme de contraceptifs, les lésions granulomateuses (sarcoïdose, tuberculose). Perturbations du corps: dysfonctionnement des glandes surrénales, thyroïde, déséquilibre hormonal, diabète insipide. Anomalies héréditaires, contribuant à une concentration élevée de fer dans le plasma. Régime mal formulé.

La cause de la manifestation du syndrome à l'adolescence peut être une production accrue d'hormones, les enfants avec un début d'activité sexuelle précoce et la grossesse, l'obésité, ainsi que les toxicomanes, sont à risque. Il est d'usage de se référer à l'étiologie générale de la maladie:

  1. Compression ou traumatisme de l'hypothalamus dû à un stress mécanique.
  2. Anomalies vasculaires.
  3. Intoxication avec des stupéfiants, des substances contenant de l'alcool, des métaux lourds.
  4. Neuroinfections bactériennes et virales.
  5. Causes psychogènes: stress, tension mentale, instabilité émotionnelle de la société environnante.
  6. Insuffisance du système hypothalamique due à une prédisposition génétique ou une anomalie congénitale.
  7. Maladies végétatives chroniques: ulcères d'estomac, obésité, hypertension artérielle.

Changements hormonaux pendant la gestation ou la puberté.

Classification et principaux symptômes

Le syndrome hypothalamique est classé par genèse:

  • primaire, résultant d'une lésion cérébrale traumatique ou d'une infection;
  • secondaire, en raison d'un excès de poids alimentaire;
  • mixte.

Par le degré du tableau clinique:

  • forme légère - éliminée par un traitement conservateur,
  • gravité modérée - avec un traitement complexe à long terme,
  • forme sévère - nécessite une intervention chirurgicale.

Par type de développement: progressif, stable, régressif, récurrent.

Formes et signes du syndrome

La pathologie peut apparaître immédiatement après une violation de l'hypothalamus ou ne pas se faire sentir pendant une période de temps significative. Les symptômes sont divers et instables, les formes définies pour le syndrome dépendent de la localisation du trouble et des symptômes accompagnant l'anomalie. La forme la plus étendue est considérée comme un échec de la régulation nerveuse de la région végétative-vasculaire du corps. Du côté du système cardiaque, la maladie se manifeste:

  • tachycardie;
  • instabilité du rythme du pouls;
  • hypertension;
  • la présence de douleur sur le côté gauche derrière le sternum.

Dysfonction respiratoire:

  • une sensation d'étouffement;
  • Respiration rapide;
  • manque d'oxygène;
  • dyspnée;
  • spasme dans la glande thyroïde.

Symptômes digestifs HTS:

  • nausées, se transformant souvent en vomissements;
  • un manque total d'appétit ou une sensation de faim insatiable;
  • instabilité des selles avec diarrhée prédominante;
  • flatulences avec envie fréquente de vider les intestins;
  • changement de poids corporel, plus souvent à la hausse;
  • crampes dans le péritoine inférieur.

Les changements végétatifs sont caractérisés par:

  • convulsions;
  • transpiration abondante sur les paumes et la plante des pieds;
  • la réaction de la peau à un changement de température (rougeur, décoloration bleue);
  • dépendance aux conditions météorologiques;
  • fatigue accrue;
  • épuisement mental;
  • courte nuit de sommeil.

Si le syndrome se déroule dans un contexte de dysfonctionnement thermorégulateur, il s'accompagne d'une forte augmentation de la température corporelle, de frissons sévères, d'une transpiration accrue (hyperhidrose) et d'une sensation de soif intense ou de faim. Cette forme est caractéristique des adolescents, se manifeste après une situation stressante ou une tension mentale. Les enfants atteints du syndrome souffrent d'intolérance aux courants d'air et de changements brusques de température.

Les troubles de la forme neuroendocrine résultant de l'échec des processus métaboliques des protéines, des graisses et des glucides se manifestent:

  • diminution de la libido;
  • dysérection;
  • diabète insipide;
  • l'apparition de stries bleues (vergetures) dans le bas de l'abdomen;
  • anorgasmie;
  • anorexie;
  • chute de cheveux;
  • odeur spécifique forte de sueur;
  • éruption cutanée, mauvaise cicatrisation des plaies;
  • mal de crâne;
  • gonflement des chevilles et sous les yeux;

Le type neuromusculaire s'accompagne de rigidité musculaire, d'engourdissement des phalanges, de douleurs dans les membres, d'amincissement de la masse osseuse, de sécheresse de l'épiderme. Des érosions sur la membrane muqueuse des organes internes sont souvent notées.

La manifestation psychopathique est caractérisée par des sautes d'humeur, de l'apathie ou une excitabilité excessive, des troubles du sommeil, de l'agressivité, des maux de tête et une sensation de fatigue chronique. Manifestation possible d'épilepsie diencéphalique avec tremblements, tachycardie, crise de panique, diarrhée. L'un des types de syndrome survient à l'adolescence.

La pathologie survient entre 13 et 15 ans, lorsque des caractères sexuels secondaires commencent à apparaître. Formé dans le contexte d'une perturbation des glandes endocrines, production insuffisante d'hormones.

Les garçons développent des glandes mammaires, le sein a la forme d'une femme et le visage est de forme ronde avec des cheveux maigres. Cette tendance se poursuit après la puberté. Souvent, l'évolution de la maladie s'accompagne d'un surpoids, les dépôts graisseux sont localisés sur les hanches, l'abdomen.

À l'adolescence, on observe une croissance rapide, les garçons malades sont plus grands que leurs pairs. Beaucoup ont une hyperkératose sur la peau. Les patients sont sujets à la dépression, l'humeur dépressive domine, les larmes.

Le syndrome hypothalamique de la puberté chez les filles s'accompagne d'un développement physique et sexuel accéléré. Ils sont plus grands et plus gros que leurs pairs; on note une formation précoce des glandes mammaires et du bassin. Le cycle menstruel est perturbé.

Après 15-17 ans, la puberté s'arrête, mais les symptômes persistent.

Complications dangereuses

La partie principale des manifestations susceptibles de traitement, la production insuffisante d'hormones peut être reconstituée avec des médicaments appropriés. Si la lésion est sévère, il existe un risque de complications:

  1. Déficience visuelle pour compléter la cécité.
  2. Violation du métabolisme eau-sel (hypothyroïdie).
  3. Amincissement du tissu osseux (ostéoporose).
  4. Concentration élevée en cholestérol.
  5. Propension au diabète.
  6. Dysérection.
  7. Infertilité.
  8. Ovaire polykystique.
  9. Infarctus du myocarde.
  10. Hypertension artérielle.
  11. Saignement utérin.
  12. Perturbation du cycle menstruel.

Les pathologies de la période périnatale avec syndrome hypothalamique (gestose tardive, compliquée d'œdème, protéinurie) peuvent affecter le développement intra-utérin du fœtus.

Recherche nécessaire

Le diagnostic est effectué par collecte d'anamnèse, dans des conditions de laboratoire, un test sanguin biochimique est effectué pour déterminer la courbe de glucose. L'instabilité de la température corporelle est déterminée par des mesures en plusieurs points. L'examen instrumental est appliqué:

  1. Structures cérébrales utilisant l'EEG.
  2. La présence de néoplasmes est déterminée par imagerie par résonance magnétique (IRM).
  3. Examen échographique des glandes surrénales, de la glande thyroïde (échographie).
  4. Tests hormonaux.

Pour un diagnostic précis, il est nécessaire de consulter un endocrinologue et un neuropathologiste.

6 soins

Le traitement du syndrome hypothalamique est effectué en tenant compte des manifestations individuelles: le site de la lésion et les symptômes accompagnant la pathologie. Les formes légères susceptibles de thérapie ne créent pas de problèmes pour la santé et le développement des fonctions sexuelles chez les adolescents. Influencer le dysfonctionnement diencéphalique dans un complexe, en utilisant des méthodes folkloriques traditionnelles.

Dans les cas difficiles, lorsque se développent des néoplasmes menaçant la vie, ils ont recours à une intervention chirurgicale. Sur la base des résultats, l'utilisation des techniques homéopathiques montre une bonne dynamique.

La thérapie du syndrome consiste en la nomination de 6 options de financement:

  1. Médicaments qui préviennent les crises surrénales: "Grandaxin", "Bellataminal".
  2. Antidépresseurs: «Amitriptyline», «Paxil».
  3. Médicaments pour améliorer la circulation sanguine intracrânienne: «Cerebrolysin», «Piracetam», «Glycine», vitamines B.
  4. Neurotransmetteurs qui corrigent le fond hormonal: "Diphényl", "Bromocriptine".
  5. Suppléments de calcium.
  6. Antihistaminiques: «Diprazin», «Suprastin».

Le complexe de traitement comprend des séances d'acupuncture, de la physiothérapie, des exercices de physiothérapie.

À la maison, pour atténuer les symptômes, des recettes de guérisseurs traditionnels sont recommandées:

  1. Soulage la faim avec la racine de bardane (200 g) dans 0,5 litre d'eau. L'ingrédient est mijoté pendant 20 minutes, filtré, bu pendant la journée.
  2. Un effet hypoglycémiant est possédé par une teinture de feuilles de bleuet. Cent grammes de matières premières sèches et 200 g d'alcool sont conservés 10 jours, pris dans une cuillère à café trois fois par jour.
  3. Pour normaliser l'hypertension artérielle. Aubépine écrasée, rose musquée, graines d'aneth, prises à parts égales (200 g pour 0,5 alcool), infusées pendant deux semaines, bues le matin et le soir, 2 cuillères à soupe.

Le régime alimentaire n'est pas la dernière place dans le syndrome hypothalamique, avec son aide, le poids, les processus métaboliques et la glycémie sont corrigés. Pour éviter les rechutes, il est très important de visiter des sanatoriums spécialisés une à deux fois par an..

Prévision et prévention

À l'adolescence, avec un traitement adéquat, le syndrome peut être arrêté jusqu'à la puberté complète (18 à 20 ans). À maturité, le pronostic est moins optimiste, le traitement est compliqué par la stabilité du fond hormonal formé. Il existe un risque de réduction de la capacité de travail pouvant aller jusqu'au handicap.

Pour prévenir la maladie, il est recommandé:

  1. Une alimentation avec un apport minimal en sel, enrichi en minéraux et oligo-éléments.
  2. Rejet des mauvaises habitudes.
  3. Temps suffisant pour faire de l'exercice et se reposer.
  4. Normalisation du sommeil nocturne.
  5. Utilisation préventive des antihistaminiques.

Pour le patient, il est nécessaire de créer un environnement qui exclut les surmenages émotionnels et les situations stressantes. Si nécessaire, il est conseillé de consulter un psychothérapeute.

Syndrome hypothalamique: développement, formes, symptômes, diagnostic, comment traiter

Le syndrome hypothalamique est un ensemble de signes cliniques non interdépendants causés par des lésions de la région hypothalamo-hypophysaire du cerveau. L'hypothalamus est un organe important impliqué dans la formation de réponses comportementales, régulant l'activité neuroendocrinienne du cerveau et maintenant l'homéostasie du corps à un niveau optimal. Ce centre végétatif innerve tous les organes internes d'une personne. L'hypothalamus assure l'adaptation du corps aux conditions environnementales changeantes, aux processus de nutrition, de thermorégulation, de reproduction et de devenir une personne. Le dysfonctionnement de l'hypothalamus entraîne des troubles hormonaux et métaboliques, des paroxysmes végétatifs.

Les causes du syndrome hypothalamique sont des lésions cérébrales traumatiques, des tumeurs et des kystes, une intoxication chimique. La maladie se manifeste cliniquement par des sautes d'humeur fréquentes, une pression accrue, une augmentation ou un affaiblissement du désir sexuel, une forte augmentation du poids corporel, des anomalies mentales. Le syndrome selon la CIM-10 a un code E23.3 et le nom «Dysfonction hypothalamique, non classée ailleurs».

Les endocrinologues, les chirurgiens, les gynécologues, les neurologues, les ophtalmologistes sont engagés dans le diagnostic et le traitement de la pathologie. Certaines difficultés de diagnostic s'expliquent aisément par la variété des formes cliniques. Le diagnostic est posé en tenant compte des données des tests sanguins hormonaux, de l'encéphalographie, de la tomographie du cerveau, de l'examen échographique des glandes endocrines. Le traitement de la maladie est étiotrope et symptomatique. Les patients se voient prescrire une hormonothérapie, une diététique, une physiothérapie.

Caractéristiques du syndrome hypothalamique associé aux problèmes de la médecine moderne:

  • Adolescents,
  • Progression rapide de la pathologie,
  • Troubles neuroendocriniens,
  • Effet étendu sur divers organes et systèmes du corps,
  • Divers symptômes cliniques.

Le syndrome hypothalamique survient dans la plupart des cas chez les jeunes filles et les femmes, principalement âgées de 15 à 35 ans. Les hommes contractent cette maladie beaucoup moins souvent..

Classification

Classification étiologique du syndrome:

  1. Le type primaire est une conséquence d'une neuroinfection ou d'une lésion cérébrale traumatique,
  2. Le type secondaire se développe avec l'obésité alimentaire,
  3. Type mixte.

Formes de la maladie selon les symptômes cliniques:

  • La forme végétative-vasculaire est considérée comme la plus courante et se caractérise par des signes de lésion de la partie végétative du système nerveux et des modifications du tonus vasculaire: hypersalivation, tachycardie, chutes de pression, bouffées de chaleur, insuffisance respiratoire;
  • Une forme dont la thermorégulation est altérée est caractérisée par de fortes augmentations de la température corporelle, des frissons, une hyperhidrose, des accès de faim et de soif;
  • L'épilepsie diiencéphalique survient sans raison et s'accompagne d'anxiété, de peur, de panique, de diarrhée, de transpiration, d'insomnie, de douleurs épigastriques, de cardialgie, de tremblements des extrémités, de palpitations, de crises d'épilepsie;
  • Forme neurotrophique - augmentation ou diminution du poids corporel, gonflement, maux de tête, éruptions cutanées avec démangeaisons;
  • La forme neuromusculaire se manifeste par une faiblesse musculaire, une asthénie physique, un engourdissement des membres, des accès de douleur dans les bras et les jambes, l'apathie;
  • La forme psychopathologique se caractérise par un changement brutal d'humeur, une indifférence aux événements actuels, une agressivité, une anxiété déraisonnable, des acouphènes, des hallucinoses;
  • Forme psychosomatique - incapacité à s'endormir la nuit, somnolence pendant la journée, faiblesse, léthargie;
  • La forme neuroendocrine se manifeste par des troubles métaboliques, une diminution de la libido, de l'obésité.

Gravité du syndrome:

  1. Léger - le patient se sent satisfaisant, un traitement conservateur des endocrinopathies est effectué;
  2. État moyen - grave des patients, mesures thérapeutiques complexes et complexes;
  3. Grave - les patients ont besoin d'une intervention chirurgicale.

La nature du développement de la pathologie:

  • Progressive - augmentation des symptômes, état grave des patients;
  • Stable - l'état du patient ne change pas;
  • Régressif - une diminution de la gravité des symptômes, une amélioration de l'état des patients;
  • Récurrent - récurrence des symptômes et aggravation de l'état des patients après la mise en œuvre de mesures thérapeutiques.

Étiologie

Causes du syndrome hypothalamique:

  1. Tumeurs cérébrales qui compriment l'hypothalamus et perturbent ses fonctions;
  2. Lésion cérébrale traumatique ayant un effet direct sur l'hypothalamus;
  3. Neurointoxication du corps due à l'utilisation de drogues, d'alcool, d'exposition à des substances toxiques, de risques industriels;
  4. Maladies destructives et dégénératives de la colonne vertébrale;
  5. Maladies infectieuses du système nerveux d'étiologie virale ou bactérienne;
  6. Situations stressantes et conflictuelles;
  7. Perturbation hormonale pendant la grossesse;
  8. Augmentation de la pression sur l'hypothalamus en raison d'un excès de liquide dans le crâne;
  9. Prédisposition génétique;
  10. Hypoxie cérébrale due à l'étranglement, à la noyade.

Chez les enfants, les causes du syndrome sont souvent: traumatisme à la naissance, infection intra-utérine, insuffisance de la barrière hémato-encéphalique, hypoxie fœtale.

Facteurs provoquant l'apparition de paroxysmes:

  • Changements climatiques brusques,
  • Explosion émotionnelle,
  • Règles,
  • Stress physique,
  • Douleur aiguë.

Symptômes

La variété des symptômes cliniques du syndrome hypothalamique est due aux nombreuses fonctions que cet organe régulateur supérieur du système nerveux autonome remplit.

L'hypothalamus assure la régulation neurohumorale des fonctions de base du corps, maintient le métabolisme à un niveau optimal, le tonus vasculaire et le fonctionnement des organes internes, régule les processus de production de chaleur et de transfert de chaleur, la pression artérielle, l'équilibre eau-sel, le comportement alimentaire et sexuel, coordonne l'activité mentale et les réactions physiologiques.

Signes cliniques de la maladie

Les symptômes du syndrome hypothalamique apparaissent immédiatement après une lésion de cet organe ou après plusieurs mois, voire des années. Le tableau clinique de la pathologie est diversifié et polymorphe. Armé de symptômes et signes nombreux et variés qui indiquent un syndrome hypothalamique, l'une ou l'autre forme de cette pathologie peut être diagnostiquée.

  1. Les troubles de l'autonomie se produisent avec un dysfonctionnement des organes et des systèmes internes en raison d'une violation de leur régulation nerveuse. Du côté du système cardiovasculaire - tachycardie, pics de pression artérielle avec tendance à l'hypertension, inconfort et douleur lancinante dans le cœur, labilité du pouls. Du côté du système respiratoire - respiration rapide, sensation de manque d'air, vertiges, essoufflement, insatisfaction à l'inhalation. Du côté du tractus gastro-intestinal - nausées et vomissements, sensation de boule dans la gorge, douleurs spasmodiques et douloureuses dans le bas de l'abdomen, alternance d'aversion pour la nourriture et de gourmandise excessive, changement de poids corporel vers un côté plus petit ou plus grand, envie fréquente de déféquer, augmentation de la production de gaz, selles instables avec prédominance de diarrhée... Les troubles autonomes généraux comprennent: des spasmes musculaires, un engourdissement des extrémités, une hyperhidrose des paumes et de la plante des pieds, une fatigue accrue, une hyperréflexie, une réaction anormale de la peau, une réaction aiguë à un changement de temps, un épuisement psychophysique.
  2. Signes de troubles endocriniens - diabète insipide, acromégalie, hyper ou hypothyroïdie, altération de la fonction érectile et éjaculatoire chez l'homme, anorgasmie chez la femme, diminution de la libido, apparition de rayures bleu-violet vif sur la peau de l'abdomen et des cuisses.
  3. Troubles trophiques - modifications dystrophiques des os et des muscles, sécheresse et desquamation de la peau, ulcération de la membrane muqueuse des organes internes, éruption cutanée allergique.
  4. Dysfonctionnements métaboliques - violation du métabolisme des protéines, glucides, graisses, minéraux, boulimie, anorexie, soif, odeur piquante caractéristique de sueur, perte de cheveux ou hypertrichose, modifications des paramètres dans les tests sanguins.
  5. Violation de la thermorégulation - intolérance aux courants d'air, porter des vêtements non adaptés aux intempéries, état subfébrile prolongé avec une augmentation périodique de la température corporelle à un nombre élevé. Cette forme se développe généralement chez les adolescents, se caractérise par l'absence de signes d'inflammation dans le corps et se développe après une surcharge psycho-émotionnelle ou un stress.

Le syndrome hypothalamique de la puberté se distingue sous une forme distincte. Il se développe chez les adolescents de 12 à 15 ans et se manifeste par un surpoids, un malaise général, l'apparition précoce de caractères sexuels secondaires, une faim insatiable, une diminution des performances, une psychose dépressive et l'apparition de vergetures sur la peau. Les adolescents malades grandissent et se développent plus vite que leurs pairs, ils développent des zones d'hyperkératose aux endroits où les vêtements et la peau entrent en contact. Les filles ont des irrégularités menstruelles. Leur graisse se dépose sur la poitrine, les fesses, le pubis, le cou. Les garçons acquièrent des traits féminins, les cheveux ne poussent pas sur leur visage pendant longtemps.

La cause du syndrome de l'adolescent est un déséquilibre hormonal qui survient pendant la puberté chez tous les enfants. Le groupe de risque est:

  • Les adolescents qui commencent à avoir des relations sexuelles tôt,
  • Filles qui sont tombées enceintes tôt et ont eu plusieurs avortements,
  • Enfants obèses,
  • Adolescents prenant des anabolisants,
  • Enfants dépendants.

Crises hypothalamiques

Crises hypothalamiques - crises ou paroxysmes qui surviennent soudainement et de manière inattendue, plus souvent le soir ou la nuit.

  1. La crise vagoinsulaire s'accompagne de bradycardie, d'hypotension, d'acouphènes, de faiblesse. Les patients ont souvent de la fièvre, ils ressentent des bouffées de chaleur au visage et à la tête. Les sensations désagréables dans l'épigastre vont d'un inconfort mineur à une douleur intense. Une pression artérielle basse se manifeste toujours par des nausées et des étourdissements. Les patients se plaignent d'hypersalivation et d'hyperhidrose, de diarrhée, de mictions abondantes et fréquentes.
  2. La crise sympathico-surrénalienne se manifeste par une hypertension, une tachycardie et de la fièvre. L'humeur du patient change radicalement, la tête et le cœur, la léthargie, les frissons, la «chair de poule» se produisent, le rythme cardiaque devient rapide, les membres sont froids et pâles, les muqueuses sont sèches. Ils sont souvent agités, agités et effrayés..
  3. Une crise hyperthermique en violation de la thermorégulation se manifeste par une forte élévation de la température jusqu'à 40 ° C, surtout le matin. Prendre des antipyrétiques dans de tels cas devient inutile..
  4. Crises mixtes - une combinaison de symptômes de toutes les formes ci-dessus.

Ces crises durent de 15 minutes à 3 heures. Après eux, la faiblesse et la faiblesse restent longtemps..

Complications

  • Ovaire polykystique,
  • Gynécomastie,
  • Dysménorrhée,
  • Dystrophie myocardique,
  • Gestose tardive de la femme enceinte,
  • Hypertension artérielle,
  • Diabète.

Diagnostique

Le diagnostic du syndrome hypothalamique présente certaines difficultés pour les cliniciens. Tous les patients sont examinés pour la présence de signes externes d'un trouble, ils découvrent les causes possibles de la formation de la maladie, le moment de l'apparition de certains symptômes.

Lors du diagnostic, il est nécessaire de prendre en compte les données anamnestiques, les plaintes, les données physiques et les résultats de tests spécifiques.

  1. Pour déterminer la courbe de sucre, la glycémie est mesurée à jeun, puis avec une charge de 100 g de sucre. Les options de pathologie suivantes sont possibles: hyperglycémie, hypoglycémie, une courbe à deux bosses avec alternance de hauts et de bas, une courbe torpide - une forte augmentation du glucose à un certain point.
  2. Mesure de la température corporelle en trois points.
  3. L'EEG affiche les changements dans les structures profondes du cerveau et évalue leur activité.
  4. L'IRM du cerveau permet de détecter une tumeur, les conséquences du TBI, les pathologies vasculaires.
  5. Un test sanguin pour un hémogramme, des paramètres biochimiques et des hormones est effectué pour tous les patients suspectés de syndrome hypothalamique.
  6. Méthodes auxiliaires - échographie, tomodensitométrie et IRM des glandes surrénales, thyroïde, foie.

Traitement

Le traitement d'une maladie nécessite de la patience, de la force et de la persévérance de la part des patients et des médecins - la meilleure technique thérapeutique de toutes. Il est conseillé aux patients de suivre un régime: manger souvent, de manière fractionnée, jusqu'à 5 fois par jour, en diminuant progressivement la teneur en calories des aliments et des plats cuisinés. Le traitement médicamenteux comprend l'utilisation de médicaments qui améliorent la circulation cérébrale, des diurétiques, des vitamines, des hormonaux et des anticonvulsivants. Un traitement adéquat et opportun rend le pronostic de la maladie favorable. Le syndrome se termine dans la plupart des cas par la guérison, à l'exception des formes avancées.

Le diagnostic et le traitement de la pathologie sont effectués par des spécialistes dans le domaine de l'endocrinologie, de la neurologie et de la gynécologie. Ils sélectionnent un schéma de traitement individuellement pour chaque patient.

Le traitement non médicamenteux comprend la réflexologie, la physiothérapie et des exercices thérapeutiques. Les patients doivent normaliser le travail et se reposer, suivre un régime, perdre du poids, prendre des bains chauds et au dioxyde de carbone, visiter des stations balnéaires avec un climat de mer ou de montagne.

L'intervention chirurgicale est indiquée pour les patients chez qui les causes du syndrome hypothalamique sont des néoplasmes dans le cerveau ou des caillots sanguins formés à la suite d'un TBI.

  1. Arrêter la crise sympatho-surrénalienne consiste à donner au patient une position confortable qui détend les muscles; en utilisant des sédatifs à base de plantes; traitement symptomatique à long terme.
  2. Pour arrêter la crise parasympathique, utilisez des moyens qui resserrent les vaisseaux sanguins et augmentent la pression artérielle - «Caféine», «Cordiamine».

Recettes de médecine traditionnelle utilisées pour traiter la pathologie:

  • La décoction de racine de bardane réduit la faim,
  • Une décoction de feuilles de bleuet a un léger effet hypoglycémiant,
  • Une décoction de rose sauvage, d'aubépine, d'aneth normalise la pression artérielle.

La prévention

Mesures préventives pour prévenir le développement du syndrome hypothalamique:

  1. Contrôle du tabagisme,
  2. Éviter l'alcool,
  3. Nutrition enrichie en vitamines et micro-éléments,
  4. Traitement opportun des maladies infectieuses,
  5. Médicaments anti-anxiété prophylactiques,
  6. Élimination des facteurs provoquants,
  7. Faire de l'exercice régulièrement modéré,
  8. Limiter le stress émotionnel,
  9. Travail et repos optimaux,
  10. Un bon sommeil,
  11. Normalisation de l'état psycho-émotionnel.

La recherche rapide d'une aide médicale améliore le pronostic de la pathologie et ramène les patients à une vie bien remplie. Sinon, ils développent des complications conduisant à une invalidité et une invalidité de groupe II ou III..

Le syndrome hypothalamique est une maladie grave et complexe pour laquelle le diagnostic et le traitement opportuns et corrects jouent un rôle extrêmement important. En cas de diagnostic tardif et de traitement analphabète, des complications potentiellement mortelles se développent: hypertension artérielle, diabète sucré et dystrophie myocardique.

SYNDROME hypothalamique: causes, symptômes et traitement

Le traitement du syndrome hypothalamique est effectué conjointement par un neurologue, un endocrinologue et un gynécologue. La première priorité dans le traitement du syndrome hypothalamique est d'éliminer le facteur causal de la lésion hypothalamique.

Le syndrome hypothalamique est associé à une insuffisance congénitale ou acquise de l'hypothalamus et de l'hypophyse. La maladie a plusieurs formes, et le symptôme le plus frappant est le développement rapide de l'obésité..

Syndrome hypothalamique

  • Description de la pathologie et de sa forme
  • Les raisons
  • Symptômes
  • Diagnostique
  • Traitement

La maladie se caractérise par un effet indésirable sur le travail des glandes endocrines et une violation des processus métaboliques des protéines, des graisses et des glucides. Le traitement consiste à éliminer les causes de dysfonctionnement hypothalamique et à éliminer les troubles symptomatiques.

Description de la pathologie et de sa forme

Le système, composé de l'hypothalamus, du diencéphale et de l'hypophyse, est appelé «cerveau endocrinien» d'une personne, car il remplit une fonction de régulation importante du système endocrinien. L'hypothalamus est impliqué dans la gestion de la température corporelle, des processus métaboliques, des émotions et de la production d'hormones. Son activité régulatrice se produit végétativement, c'est-à-dire de manière autonome.

La perturbation du système hypothalamo-hypophysaire se manifeste sous diverses formes. On l'appelle collectivement le syndrome hypothalamique. Elle repose sur une violation de l'interaction intégrative entre divers systèmes fonctionnels (neuroendocrinien, végétatif-vasculaire, psychoémotionnel), qui nécessite une approche intégrée du traitement par un certain nombre de spécialistes (gynécologue, pédiatre, endocrinologue, neurologue).

Le dysfonctionnement de l'hypothalamus survient à la suite d'une défaillance organique congénitale ou de lésions cérébrales acquises. En médecine, il existe plusieurs formes et syndromes associés à ces troubles:

1. Forme neuroendocrine:

  • obésité cérébrale mixte;
  • Syndrome de Kleine-Levin (trouble du sommeil et de l'éveil);
  • Syndrome d'Itsenko-Cushing (augmentation de la production d'hormones par le cortex surrénalien);
  • dystrophie adiposogénitale (obésité progressive avec sous-développement des organes génitaux);
  • acromégalie (élargissement des mains, des pieds, du visage);
  • syndrome d'hyperprolactinémie (augmentation de la sécrétion de prolactine, irrégularités menstruelles, infertilité chez la femme, diminution de la puissance chez l'homme);
  • diabète insipide (déficit en hormone vasopressine, excrétion de grandes quantités d'urine);
  • antidiabète insipide (augmentation de la production de vasopressine, intoxication hydrique);
  • craniopathie métabolique (diabète sucré et diabète insipide, hyperplasie ou tumeur des glandes parathyroïdes);
  • syndrome de sella vide (compression de l'hypophyse).

2. Forme neurotrophique:

  • Maladie de Barracker-Simons (atrophie de la graisse du haut du corps, obésité dans la partie inférieure);
  • une forme universelle d'alopécie (calvitie);
  • cachexie hypophysaire (une forte diminution du poids corporel et divers troubles neurovégétatifs).

À la suite d'une telle variété de pathologies causées par des modifications de l'hypothalamus, un complexe de symptômes complexes de la maladie apparaît, combinant des troubles métaboliques, autonomes et endocriniens. La base de tous ces phénomènes est la distorsion ou la cessation de l'apport d'impulsions du cerveau aux organes du système endocrinien..

Le plus souvent, le syndrome hypothalamique commence pendant la puberté (12-14 ans), la maladie est plus fréquente chez les femmes. Chez les jeunes enfants, la maladie est enregistrée dans 5% des cas. Chez les filles de 10 à 17 ans, le syndrome survient dans 4 à 6,3% des cas et conduit souvent plus tard à l'infertilité.

Une caractéristique de la maladie chez les adolescents est une combinaison de plusieurs syndromes avec la dominance de l'un d'entre eux. En l'absence de traitement approprié, les enfants développent de graves complications: hypertension artérielle persistante, athérosclérose et obésité progressive. À un âge plus mature, la maladie survient chez 15 à 17% des femmes et pendant la période climatérique - chez 40% des femmes.

Dans les cas graves, une perte partielle ou totale de la capacité de travailler se produit et une invalidité survient en raison des facteurs suivants:

  • violation des fonctions visuelles à la suite de la compression des nerfs optiques par des tumeurs hypophysaires;
  • la nécessité d'exclure les blessures dues à la faiblesse de l'os, du système musculaire, des articulations, des ligaments;
  • retard du développement intellectuel;
  • syndrome asthénique;
  • la nécessité de quitter fréquemment le lieu de travail en raison de mictions fréquentes;
  • capacités motrices limitées;
  • hypersensibilité aux substances toxiques.

Les raisons

Les causes du syndrome sont:

  • malformations congénitales de l'hypothalamus;
  • prédisposition génétique aux maladies endocriniennes;
  • perturbation hormonale pendant la puberté, pendant la grossesse, l'accouchement, l'avortement, la ménopause, en raison de la prise incontrôlée de médicaments hormonaux;
  • l'impact des maladies virales sur le système nerveux central, les neuroinfections;
  • tumeurs cérébrales;
  • maladies granulomateuses du système nerveux central (neurosarcoïdose);
  • stress chronique ou aigu;
  • intoxication;
  • amygdalite chronique;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • pathologies vasculaires du cerveau (athérosclérose, anévrismes);
  • suralimentation systématique dans l'enfance dans le contexte d'une prédisposition héréditaire.

Les anomalies congénitales de l'hypothalamus se forment sous l'influence des facteurs suivants chez une mère enceinte:

  • grossesse tardive;
  • toxicose précoce et tardive;
  • altération de la fonction rénale;
  • présentation du siège du fœtus et travail difficile, traumatisme à la naissance;
  • hypertension artérielle;
  • maladies cardiovasculaires entraînant une hypoxie fœtale.

Une perturbation du fonctionnement de l'hypothalamus et d'autres structures du cerveau peut également survenir avec des névroses et une maladie mentale (syndrome psychoendocrinien). Avec l'élimination des facteurs externes d'influence et le traitement de la maladie sous-jacente, le travail normal de l'hypothalamus est souvent rétabli.

Les facteurs contributifs sont:

  • la présence de foyers d'infection chronique;
  • exposition excessive au soleil;
  • un traumatisme crânien;
  • stress émotionnel;
  • fumeur;
  • consommation excessive d'alcool;
  • dépendance.

Symptômes

Au stade initial de la maladie, les symptômes suivants apparaissent:

  • augmentation de l'appétit et prise de poids rapide;
  • augmentation des maux de tête;
  • irritabilité, dépression;
  • baisse de la pression artérielle;
  • le visage devient rond, la peau devient rouge;
  • des vergetures en forme de rayures roses apparaissent sur la peau du tronc, des bras et des jambes, sur le cou il y a un «collier» à peau hyperpigmentée;
  • acné sur le visage, la poitrine, le dos, inflammation des follicules pileux;
  • séborrhée huileuse de la tête;
  • violation du cycle menstruel chez les filles et gynécomastie (hypertrophie des glandes mammaires) chez les garçons;
  • excès de pilosité corporelle.

L'obésité entraîne une détérioration du fonctionnement des organes génitaux et des glandes surrénales, de sorte que les signes ci-dessus peuvent être secondaires..

Chez les enfants, une puberté précoce est observée - chez les filles, le développement des glandes mammaires et la première menstruation se produisent 1 à 2 ans plus tôt que chez leurs pairs, et après 2-3 ans, une violation du cycle mensuel commence (saignements rares ou leur absence complète, irrégularité). Si des tumeurs se développent dans l'hypophyse, un syndrome de galactorrhée (sécrétion de lait par les glandes mammaires chez l'homme et la femme) apparaît. Chez les femmes, des saignements utérins dysfonctionnels sont observés, car ces patients sont sujets aux processus hyperplasiques et à l'endométriose.

Dans les derniers stades de la maladie, il y a des signes de violation de la thermorégulation (hyper ou hypothermie, instabilité de la température), des systèmes nerveux, cardiovasculaire, respiratoire, gastro-intestinal, chez les femmes - infertilité due à une perturbation des ovaires. Les déviations de la neurologie et de l'état psycho-émotionnel ont les manifestations suivantes:

  • somnolence excessive ou sommeil nocturne prolongé;
  • confusion de conscience;
  • instabilité émotionnelle;
  • apathie;
  • névroses;
  • conditions dépressives, augmentation des niveaux d'anxiété;
  • migraine.

Diagnostique

Il est difficile de détecter la maladie avant l'apparition des symptômes cliniques. Le diagnostic est établi sur la base des signes ci-dessus, à condition qu'un examen complet ait été effectué et que les maladies primaires des organes internes, des glandes endocrines et d'autres pathologies systémiques soient exclues. Les critères diagnostiques de la maladie sont:

  • la présence d'une variété de syndromes neuroendocriniens;
  • violation de la thermorégulation du corps;
  • troubles de l'appétit, de la libido, de la somnolence;
  • la présence de symptômes neurologiques indiquant des dommages aux zones du cerveau adjacentes à l'hypothalamus.

Pour clarifier le diagnostic, les examens suivants sont effectués:

  • étude du taux d'hormones hypophysaires dans le sang (corticotropine, cortisol, follitropine, somatotropine, prolactine);
  • Examen aux rayons X du crâne (signes d'augmentation de la pression intracrânienne et de la pression à l'intérieur de la selle turque, altération de l'apport sanguin, modifications des os du crâne);
  • imagerie par résonance magnétique ou tomodensitométrie du cerveau, qui permet de détecter les tumeurs hypophysaires et le syndrome de sella turcica «vide» (compression de l'hypophyse);
  • échographie cérébrale, qui peut montrer une hypertrophie ventriculaire;
  • électroencéphalogramme, enregistrant la prédominance des ondes lentes dans les dérivations centrale et occipitale, l'apparition d'ondes dans les régions antérieures, des troubles des structures de la tige, une réaction incorrecte à l'échantillon dans les hémisphères cérébraux.

Un test sanguin hormonal révèle une teneur accrue en substances biologiquement actives:

  • insuline;
  • C-peptide produit par le pancréas;
  • les triglycérides;
  • prolactine;
  • cortisol;
  • l'hormone lutéinisante;
  • le rapport des hormones lutéinisantes et folliculo-stimulantes;
  • hormone thyréostimulante (au cours des 3 premières années de la maladie, elle augmente puis diminue).

La majorité des femmes souffrant de cette maladie ont des changements dans les ovaires:

  • surface ovarienne lissée;
  • schéma vasculaire mal exprimé;
  • augmenter leur taille;
  • la formation de kystes à l'intérieur d'eux;
  • sclérocystose ovarienne polykystique.

Lorsqu'ils sont examinés par un ophtalmologiste, les modifications du fond d'œil sont déterminées:

  • rayures le long des vaisseaux sanguins;
  • œdème rétinien;
  • l'apparition d'un éblouissement pathologique;
  • pâleur de la tête du nerf optique;
  • veines dilatées et artères étroites;
  • angiosclérose rétinienne.

Tous ces signes indiquent un syndrome d'augmentation de la perméabilité vasculaire et de la pression artérielle. L'examen neurologique révèle des troubles mineurs de l'innervation crânienne, une asymétrie des réflexes tendineux, des signes d'hypertension intracrânienne chez plus de la moitié des patients.

Le syndrome hypothalamique se distingue de l'obésité constitutionnelle et de la maladie d'Itsenko-Cushing, dont les caractéristiques sont:

  • perte musculaire rapide;
  • fragilité des capillaires sanguins;
  • l'ostéoporose;
  • stries violet-cyanosées sur la peau.

Traitement

Les tactiques de traitement de la maladie sont les suivantes:

  • élimination des facteurs qui provoquent un dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire (assainissement des foyers d'infection chronique, élimination d'une tumeur, etc.);
  • amélioration de la microcirculation et élimination de l'hypoxie dans le cerveau;
  • déshydratation pour réduire la pression intracrânienne;
  • régulation du métabolisme des neurotransmetteurs;
  • traitement de l'obésité;
  • thérapie symptomatique des maladies des organes du système reproducteur;
  • psychothérapie.

Pour le traitement de la toxicomanie, des médicaments sont utilisés:

  • médicaments anorexigènes qui stimulent les centres du cerveau responsables de la sensation de satiété - fenfluramine, dexfenfluramine;
  • hormones thyroïdiennes avec diminution de la fonction thyroïdienne;
  • stimulants du métabolisme tissulaire;
  • médicaments pour la correction des troubles autonomes;
  • agents qui améliorent la circulation cérébrale et le métabolisme;
  • antidépresseurs - inhibiteurs de la recapture de la sérotonine;
  • médicaments qui affectent le métabolisme des neurotransmetteurs dans le système nerveux central.

Les patients doivent adhérer aux directives cliniques suivantes:

  • adhésion à un régime subcalorique à l'exclusion totale des glucides facilement digestibles (produits de boulangerie et de confiserie), prise alimentaire fractionnée en petites portions;
  • jeûne dosé;
  • exercices de physiothérapie et activité physique;
  • kinésithérapie (douche circulaire, douche Charcot, durcissement);
  • exclusion des mauvaises habitudes (tabagisme, alcool). publié par econet.ru.

P.S. Et rappelez-vous, simplement en changeant votre conscience - ensemble, nous changeons le monde! © econet

Avez-vous aimé l'article? Écrivez votre opinion dans les commentaires.
Abonnez-vous à notre FB:

Méthodes pour corriger l'état du syndrome hypothalamique

La violation de la partie hypothalamo-diencéphalique du cerveau entraîne une augmentation du poids corporel, un déséquilibre de la température, une infériorité de la fonction de reproduction, des perturbations du fond hormonal, une pathologie de la croissance, une altération du sommeil et de l'éveil. Le syndrome hypothalamique (HS, HTS) combine une variété de symptômes qui reflètent le trouble de presque toutes les fonctions corporelles, de sorte que l'anomalie est difficile à diagnostiquer. Les femmes de moins de quarante ans et les adolescentes pendant la puberté sont sujettes à des changements pathologiques.

Classification

Classification étiologique du syndrome:

  1. Le type primaire est une conséquence d'une neuroinfection ou d'une lésion cérébrale traumatique,
  2. Le type secondaire se développe avec l'obésité alimentaire,
  3. Type mixte.

Formes de la maladie selon les symptômes cliniques:

  • La forme végétative-vasculaire est considérée comme la plus courante et se caractérise par des signes de lésion de la partie végétative du système nerveux et des modifications du tonus vasculaire: hypersalivation, tachycardie, chutes de pression, bouffées de chaleur, insuffisance respiratoire;
  • Une forme dont la thermorégulation est altérée est caractérisée par de fortes augmentations de la température corporelle, des frissons, une hyperhidrose, des accès de faim et de soif;
  • L'épilepsie diiencéphalique survient sans raison et s'accompagne d'anxiété, de peur, de panique, de diarrhée, de transpiration, d'insomnie, de douleurs épigastriques, de cardialgie, de tremblements des extrémités, de palpitations, de crises d'épilepsie;
  • Forme neurotrophique - augmentation ou diminution du poids corporel, gonflement, maux de tête, éruptions cutanées avec démangeaisons;
  • La forme neuromusculaire se manifeste par une faiblesse musculaire, une asthénie physique, un engourdissement des membres, des accès de douleur dans les bras et les jambes, l'apathie;
  • La forme psychopathologique se caractérise par un changement brutal d'humeur, une indifférence aux événements actuels, une agressivité, une anxiété déraisonnable, des acouphènes, des hallucinoses;
  • Forme psychosomatique - incapacité à s'endormir la nuit, somnolence pendant la journée, faiblesse, léthargie;
  • La forme neuroendocrine se manifeste par des troubles métaboliques, une diminution de la libido, de l'obésité.

Gravité du syndrome:

  1. Léger - le patient se sent satisfaisant, un traitement conservateur des endocrinopathies est effectué;
  2. État moyen - grave des patients, mesures thérapeutiques complexes et complexes;
  3. Grave - les patients ont besoin d'une intervention chirurgicale.

La nature du développement de la pathologie:

  • Progressive - augmentation des symptômes, état grave des patients;
  • Stable - l'état du patient ne change pas;
  • Régressif - une diminution de la gravité des symptômes, une amélioration de l'état des patients;
  • Récurrent - récurrence des symptômes et aggravation de l'état des patients après la mise en œuvre de mesures thérapeutiques.

Syndrome neuromusculaire

Cette forme de pathologie s'accompagne d'une faiblesse musculaire, qui se transforme en attaques de catalepsie - une perte de tonus musculaire à court terme avec la pleine conscience du patient. Les catalepsies sont le résultat d'une neurolepsie ou d'une hypersomnie - des troubles du sommeil qui se manifestent soit par une somnolence constante, soit pendant le sommeil à un moment inapproprié. Un tel syndrome avec des lésions de l'hypothalamus s'accompagne de crises sévères de somnolence sévère, qui surviennent pendant la journée et durent plusieurs minutes.

Étiologie

Causes du syndrome hypothalamique:


Tumeurs cérébrales qui compriment l'hypothalamus et perturbent ses fonctions;

  • Lésion cérébrale traumatique ayant un effet direct sur l'hypothalamus;
  • Neurointoxication du corps due à l'utilisation de drogues, d'alcool, d'exposition à des substances toxiques, de risques industriels;
  • Maladies destructives et dégénératives de la colonne vertébrale;
  • Maladies infectieuses du système nerveux d'étiologie virale ou bactérienne;
  • Situations stressantes et conflictuelles;
  • Perturbation hormonale pendant la grossesse;
  • Augmentation de la pression sur l'hypothalamus en raison d'un excès de liquide dans le crâne;
  • Prédisposition génétique;
  • Hypoxie cérébrale due à l'étranglement, à la noyade.
  • Chez les enfants, les causes du syndrome sont souvent: traumatisme à la naissance, infection intra-utérine, insuffisance de la barrière hémato-encéphalique, hypoxie fœtale.

    Facteurs provoquant l'apparition de paroxysmes:

    • Changements climatiques brusques,
    • Explosion émotionnelle,
    • Règles,
    • Stress physique,
    • Douleur aiguë.

    Les raisons

    Dans la plupart des cas, la maladie se développe pendant la période de changements hormonaux, ce qui explique le fait que les adolescents sont principalement malades. Mais à part cela, il y a un certain nombre d'autres raisons..


    TBI peut conduire à cette maladie

    Le plus souvent, le développement de cette pathologie peut conduire à:

    • troubles hormonaux héréditaires;
    • empoisonnement avec des toxines;
    • TBI;
    • maladies oncologiques du cerveau;
    • violation de la circulation cérébrale;
    • neuroinfections chroniques;
    • traumatisme mental grave;
    • maladies chroniques des organes internes.

    Dans certains cas, le syndrome hypothalamique peut se développer pendant la grossesse, lorsque des changements hormonaux importants se produisent dans le corps d'une femme..

    Symptômes

    La variété des symptômes cliniques du syndrome hypothalamique est due aux nombreuses fonctions que cet organe régulateur supérieur du système nerveux autonome remplit.

    L'hypothalamus assure la régulation neurohumorale des fonctions de base du corps, maintient le métabolisme à un niveau optimal, le tonus vasculaire et le fonctionnement des organes internes, régule les processus de production de chaleur et de transfert de chaleur, la pression artérielle, l'équilibre eau-sel, le comportement alimentaire et sexuel, coordonne l'activité mentale et les réactions physiologiques.

    Signes cliniques de la maladie

    Les symptômes du syndrome hypothalamique apparaissent immédiatement après une lésion de cet organe ou après plusieurs mois, voire des années. Le tableau clinique de la pathologie est diversifié et polymorphe. Armé de symptômes et signes nombreux et variés qui indiquent un syndrome hypothalamique, l'une ou l'autre forme de cette pathologie peut être diagnostiquée.

    1. Les troubles de l'autonomie se produisent avec un dysfonctionnement des organes et des systèmes internes en raison d'une violation de leur régulation nerveuse. Du côté du système cardiovasculaire - tachycardie, pics de pression artérielle avec tendance à l'hypertension, inconfort et douleur lancinante dans le cœur, labilité du pouls. Du côté du système respiratoire - respiration rapide, sensation de manque d'air, vertiges, essoufflement, insatisfaction à l'inhalation. Du côté du tractus gastro-intestinal - nausées et vomissements, sensation de boule dans la gorge, douleurs spasmodiques et douloureuses dans le bas de l'abdomen, alternance d'aversion pour la nourriture et de gourmandise excessive, changement de poids corporel vers un côté plus petit ou plus grand, envie fréquente de déféquer, augmentation de la production de gaz, selles instables avec prédominance de diarrhée... Les troubles autonomes généraux comprennent: des spasmes musculaires, un engourdissement des extrémités, une hyperhidrose des paumes et de la plante des pieds, une fatigue accrue, une hyperréflexie, une réaction anormale de la peau, une réaction aiguë à un changement de temps, un épuisement psychophysique.
    2. Signes de troubles endocriniens - diabète insipide, acromégalie, hyper ou hypothyroïdie, altération de la fonction érectile et éjaculatoire chez l'homme, anorgasmie chez la femme, diminution de la libido, apparition de rayures bleu-violet vif sur la peau de l'abdomen et des cuisses.
    3. Troubles trophiques - modifications dystrophiques des os et des muscles, sécheresse et desquamation de la peau, ulcération de la membrane muqueuse des organes internes, éruption cutanée allergique.
    4. Dysfonctionnements métaboliques - violation du métabolisme des protéines, glucides, graisses, minéraux, boulimie, anorexie, soif, odeur piquante caractéristique de sueur, perte de cheveux ou hypertrichose, modifications des paramètres dans les tests sanguins.
    5. Violation de la thermorégulation - intolérance aux courants d'air, porter des vêtements non adaptés aux intempéries, état subfébrile prolongé avec une augmentation périodique de la température corporelle à un nombre élevé. Cette forme se développe généralement chez les adolescents, se caractérise par l'absence de signes d'inflammation dans le corps et se développe après une surcharge psycho-émotionnelle ou un stress.

    Le syndrome hypothalamique de la puberté se distingue sous une forme distincte. Il se développe chez les adolescents de 12 à 15 ans et se manifeste par un surpoids, un malaise général, l'apparition précoce de caractères sexuels secondaires, une faim insatiable, une diminution des performances, une psychose dépressive et l'apparition de vergetures sur la peau. Les adolescents malades grandissent et se développent plus vite que leurs pairs, ils développent des zones d'hyperkératose aux endroits où les vêtements et la peau entrent en contact. Les filles ont des irrégularités menstruelles. Leur graisse se dépose sur la poitrine, les fesses, le pubis, le cou. Les garçons acquièrent des traits féminins, les cheveux ne poussent pas sur leur visage pendant longtemps.

    La cause du syndrome de l'adolescent est un déséquilibre hormonal qui survient pendant la puberté chez tous les enfants. Le groupe de risque est:

    • Les adolescents qui commencent à avoir des relations sexuelles tôt,
    • Filles qui sont tombées enceintes tôt et ont eu plusieurs avortements,
    • Enfants obèses,
    • Adolescents prenant des anabolisants,
    • Enfants dépendants.

    Critères diagnostiques

    Un diagnostic complet de la maladie doit inclure plusieurs aspects:

    Diagnostic préliminaire

    • Exclusion des maladies hypophysaires, des maladies systémiques
    • dysfonctionnement sexuel, diabète insipide, obésité, troubles mentaux, si au moins trois symptômes coexistent, la maladie doit être suspectée.
    • les troubles métaboliques, les troubles endocriniens sont les manifestations les plus importantes, le diagnostic est confirmé lorsqu'ils sont associés à d'autres symptômes tels que troubles mentaux, maux de tête, fièvre.

    Cause

    • la première place est occupée par les tumeurs, les plus courantes sont le craniopharyngiome, tumeur ectopique de la glande pinéale; également traumatisme, maladies congénitales, granulome.
    • symptômes de pression intracrânienne tels que maux de tête, troubles du champ visuel ou visuel.
    • les lésions congénitales ont une chaîne de symptômes: perte d'odorat, retard de développement, syndrome de Kalman.
    • blessures, médicaments, exposition aux rayonnements, de nombreux patients ne peuvent pas identifier la cause, l'expérience du médecin est très importante.

    Localisation des dommages

    Les manifestations cliniques reflètent le site de la blessure, par exemple,

    • Région hypothalamique antérieure: température élevée.
    • Hypothalamus: troubles de l'alimentation.
    • Noyau supraoptique, paraventriculaire: diabète insipide, hypernatrémie idiopathique.
    • Dommages latéraux: anorexie, perte de poids.
    • Lésions médiales ventrales: boulimie, obésité, changements de personnalité.
    • Corps papillaire: troubles mentaux, troubles de la mémoire.
    • Glande pituitaire: diabète insipide.

    La chirurgie tumorale ou l'autopsie doit avoir un diagnostic pathologique clair.

    Crises hypothalamiques

    Crises hypothalamiques - crises ou paroxysmes qui surviennent soudainement et de manière inattendue, plus souvent le soir ou la nuit.

    1. La crise vagoinsulaire s'accompagne de bradycardie, d'hypotension, d'acouphènes, de faiblesse. Les patients ont souvent de la fièvre, ils ressentent des bouffées de chaleur au visage et à la tête. Les sensations désagréables dans l'épigastre vont d'un inconfort mineur à une douleur intense. Une pression artérielle basse se manifeste toujours par des nausées et des étourdissements. Les patients se plaignent d'hypersalivation et d'hyperhidrose, de diarrhée, de mictions abondantes et fréquentes.
    2. La crise sympathico-surrénalienne se manifeste par une hypertension, une tachycardie et de la fièvre. L'humeur du patient change radicalement, la tête et le cœur, la léthargie, les frissons, la «chair de poule» se produisent, le rythme cardiaque devient rapide, les membres sont froids et pâles, les muqueuses sont sèches. Ils sont souvent agités, agités et effrayés..
    3. Une crise hyperthermique en violation de la thermorégulation se manifeste par une forte élévation de la température jusqu'à 40 ° C, surtout le matin. Prendre des antipyrétiques dans de tels cas devient inutile..
    4. Crises mixtes - une combinaison de symptômes de toutes les formes ci-dessus.

    Ces crises durent de 15 minutes à 3 heures. Après eux, la faiblesse et la faiblesse restent longtemps..

    Caractéristiques d'âge des pathologies de l'hypothalamus

    Des régularités de détection des maladies de la région hypothalamique pour chaque période d'âge ont été établies.

    Les options les plus courantes sont:

    • de la naissance à 4 semaines - hydropisie, encéphalopathie (kernictère), hémorragie cérébrale due à un traumatisme à la naissance, méningite infectieuse, néoplasmes;
    • jusqu'à 3 ans - gliome du nerf optique, hémangiome, anomalies congénitales de Lawrence-Moon-Bard-Bidl, Prader-Willi;
    • jusqu'à 18 ans - méningite infectieuse, encéphalite, hamartome, craniopharyngiome, leucémie, diabète insipide;
    • jusqu'à 45 ans - kystes dermoïdes et autres, adénome hypophysaire, leucémie, malformations vasculaires, anévrismes, hémorragie cérébrale, hydrocéphalie chronique, sarcoïdose, sous-développement du thalamus, tous les types de tumeurs hypothalamiques, lésions radiologiques dans le traitement des tumeurs dans les zones adjacentes du cerveau;
    • après 45 ans - Maladie de Wernicke (encéphalopathie aiguë à prédominance alcoolique due à un manque de vitamine B1), sarcome, méningiome, tumeurs hypophysaires, accident vasculaire cérébral ischémique et hémorragique, hémorragie de l'hypophyse, méningo-encéphalite.

    Diagnostique

    Le diagnostic du syndrome hypothalamique présente certaines difficultés pour les cliniciens. Tous les patients sont examinés pour la présence de signes externes d'un trouble, ils découvrent les causes possibles de la formation de la maladie, le moment de l'apparition de certains symptômes.

    Lors du diagnostic, il est nécessaire de prendre en compte les données anamnestiques, les plaintes, les données physiques et les résultats de tests spécifiques.

    1. Pour déterminer la courbe de sucre, la glycémie est mesurée à jeun, puis avec une charge de 100 g de sucre. Les options de pathologie suivantes sont possibles: hyperglycémie, hypoglycémie, une courbe à deux bosses avec alternance de hauts et de bas, une courbe torpide - une forte augmentation du glucose à un certain point.
    2. Mesure de la température corporelle en trois points.
    3. L'EEG affiche les changements dans les structures profondes du cerveau et évalue leur activité.
    4. L'IRM du cerveau permet de détecter une tumeur, les conséquences du TBI, les pathologies vasculaires.
    5. Un test sanguin pour un hémogramme, des paramètres biochimiques et des hormones est effectué pour tous les patients suspectés de syndrome hypothalamique.
    6. Méthodes auxiliaires - échographie, tomodensitométrie et IRM des glandes surrénales, thyroïde, foie.

    Le degré de limitation de l'activité de la vie

    Au premier niveau de dysfonctionnement du corps, il n'y a pas de difficultés dans le processus de la vie..

    Le deuxième niveau est caractérisé par les degrés de restrictions suivants:

    • Mouvement - I Art. Le temps de déplacement augmente, des aides auxiliaires sont nécessaires.
    • Contrôle du comportement - I Art. Difficulté mineure à contrôler le comportement de stress.
    • Obligations de travail - I Art. Les conditions de travail standard nécessitent une réduction du volume de travail ou une modification des qualifications.

    Troisième niveau:

    • Libre-service - II Art. Assistance permanente partielle et aides requises.
    • Mouvement - II Art. Peut-être avec le soutien partiel d'autres personnes et l'utilisation d'aides.
    • Obligations de travail - II Art. La nécessité de créer certaines conditions pour les activités utilisant des appareils fonctionnels.

    Quatrième niveau:

    • Libre-service - III Art. Besoin d'aide continue, incapacité à prendre soin de vous-même.
    • Mouvement - III Art. Le besoin d'une aide constante, l'incapacité de se déplacer de manière autonome.
    • Orientation - III Art. Désorientation, besoin d'observation.
    • Communication - III Art. Manque de communication, besoin d'aide.

    Traitement

    Le traitement d'une maladie nécessite de la patience, de la force et de la persévérance de la part des patients et des médecins - la meilleure technique thérapeutique de toutes. Il est conseillé aux patients de suivre un régime: manger souvent, de manière fractionnée, jusqu'à 5 fois par jour, en diminuant progressivement la teneur en calories des aliments et des plats cuisinés. Le traitement médicamenteux comprend l'utilisation de médicaments qui améliorent la circulation cérébrale, des diurétiques, des vitamines, des hormonaux et des anticonvulsivants. Un traitement adéquat et opportun rend le pronostic de la maladie favorable. Le syndrome se termine dans la plupart des cas par la guérison, à l'exception des formes avancées.

    Le diagnostic et le traitement de la pathologie sont effectués par des spécialistes dans le domaine de l'endocrinologie, de la neurologie et de la gynécologie. Ils sélectionnent un schéma de traitement individuellement pour chaque patient.

    • Détoxification - administration parentérale de solutions salines, glucose, solution saline.
    • Adrénolytiques - «Réserpine», «Aminazine».
    • Cholinomimétiques - «Kalimin», «Mestinon».
    • Bloqueurs de ganglions - "Benzohexonium", "Pentamin", "Dimekolin".
    • Antidépresseurs - «Fluoxetine», «Imipramine».
    • Anxiolytiques - «Clonazépam», «Xanax».
    • Hormonothérapie - «ACTH», «Prednisolone», «Dexamethasone».
    • Médicaments vasculaires - "Cinnarizin", "Cerebrolysin".
    • Vasodilatateurs - "Cavinton", "Actovegin".
    • Médicaments antihistaminiques - «Diazolin», «Cetrin».
    • Thérapie vitaminique.

    Le traitement non médicamenteux comprend la réflexologie, la physiothérapie et des exercices thérapeutiques. Les patients doivent normaliser le travail et se reposer, suivre un régime, perdre du poids, prendre des bains chauds et au dioxyde de carbone, visiter des stations balnéaires avec un climat de mer ou de montagne.

    L'intervention chirurgicale est indiquée pour les patients chez qui les causes du syndrome hypothalamique sont des néoplasmes dans le cerveau ou des caillots sanguins formés à la suite d'un TBI.

    1. Arrêter la crise sympatho-surrénalienne consiste à donner au patient une position confortable qui détend les muscles; en utilisant des sédatifs à base de plantes; traitement symptomatique à long terme.
    2. Pour arrêter la crise parasympathique, utilisez des moyens qui resserrent les vaisseaux sanguins et augmentent la pression artérielle - «Caféine», «Cordiamine».

    Recettes de médecine traditionnelle utilisées pour traiter la pathologie:

    • La décoction de racine de bardane réduit la faim,
    • Une décoction de feuilles de bleuet a un léger effet hypoglycémiant,
    • Une décoction de rose sauvage, d'aubépine, d'aneth normalise la pression artérielle.

    Comment tester l'hypothalamus et l'hypophyse chez la femme

    La méthode la plus informative, qui permet de détecter les néoplasmes volumétriques dans la zone hypothalamo-hypophysaire, est l'IRM. Il est généralement prescrit avec contraste du système vasculaire. S'il y a des contre-indications, une tomodensitométrie peut être effectuée. L'examen comprend nécessairement un test sanguin pour les niveaux hormonaux:

    • l'hormone de croissance et le facteur de croissance analogue à l'insuline 1;
    • prolactine;
    • l'hormone stimulant la thyroïde et la thyroxine;
    • adrénocorticotropine et cortisol.

    Si indiqué, une ponction de la moelle épinière est prescrite pour étudier la composition du liquide céphalo-rachidien pour les marqueurs tumoraux. Un diagnostic précis ne peut souvent être posé que pendant l'opération, après un examen histologique du tissu prélevé. La biopsie par ponction peut être une méthode alternative. Dans un processus malin, la tomographie par émission de positons aide à identifier les métastases.

    La prévention

    Mesures préventives pour prévenir le développement du syndrome hypothalamique:

    1. Contrôle du tabagisme,
    2. Éviter l'alcool,
    3. Nutrition enrichie en vitamines et micro-éléments,
    4. Traitement opportun des maladies infectieuses,
    5. Médicaments anti-anxiété prophylactiques,
    6. Élimination des facteurs provoquants,
    7. Faire de l'exercice régulièrement modéré,
    8. Limiter le stress émotionnel,
    9. Travail et repos optimaux,
    10. Un bon sommeil,
    11. Normalisation de l'état psycho-émotionnel.

    La recherche rapide d'une aide médicale améliore le pronostic de la pathologie et ramène les patients à une vie bien remplie. Sinon, ils développent des complications conduisant à une invalidité et une invalidité de groupe II ou III..

    Le syndrome hypothalamique est une maladie grave et complexe pour laquelle le diagnostic et le traitement opportuns et corrects jouent un rôle extrêmement important. En cas de diagnostic tardif et de traitement analphabète, des complications potentiellement mortelles se développent: hypertension artérielle, diabète sucré et dystrophie myocardique.

    Complications dangereuses

    La partie principale des manifestations susceptibles de traitement, la production insuffisante d'hormones peut être reconstituée avec des médicaments appropriés. Si la lésion est sévère, il existe un risque de complications:

    1. Déficience visuelle pour compléter la cécité.
    2. Violation du métabolisme eau-sel (hypothyroïdie).
    3. Amincissement du tissu osseux (ostéoporose).
    4. Concentration élevée en cholestérol.
    5. Propension au diabète.
    6. Dysérection.
    7. Infertilité.
    8. Ovaire polykystique.
    9. Infarctus du myocarde.
    10. Hypertension artérielle.
    11. Saignement utérin.
    12. Perturbation du cycle menstruel.

    Les pathologies de la période périnatale avec syndrome hypothalamique (gestose tardive, compliquée d'œdème, protéinurie) peuvent affecter le développement intra-utérin du fœtus.

    Le patient vivra

    Le pronostic du développement de la maladie et l'efficacité de son traitement dépendent de la forme et des troubles survenus dans le corps dans le contexte de la pathologie de l'hypothalamus. Le plus souvent, avec une attitude responsable du patient, son état est normalisé. Le groupe de handicap peut être déterminé en fonction des pathologies affectées par la maladie.

    Les maladies de la puberté, avec un traitement approprié, ont un taux de guérison élevé à 25 ans. Mais dans certains cas, la maladie accompagne le patient tout au long de sa vie..