Que signifie une condition qui est constamment grave en soins intensifs?

Traumatisme

Une unité de soins intensifs est une unité médicale qui fournit une assistance aux patients souffrant de violations critiques enregistrées des fonctions des organes vitaux. Les médecins, menant un traitement intensif, surveillent 24 heures sur 24 le bien-être du patient, diagnostiquent la gravité des troubles et les moyens de les éliminer.

Que signifie une maladie grave stable en soins intensifs et à quel point elle est dangereuse, nous le dirons dans notre article.

Les spécificités de l'unité de soins intensifs

Les personnes présentant un dysfonctionnement des systèmes et organes vitaux sont admises à l'unité de soins intensifs. Les patients en état critique présentant les pathologies suivantes sont référés vers une unité de soins intensifs spécialisée:

  • Progression d'affections potentiellement mortelles;
  • Blessures graves;
  • Progression de la maladie en présence de blessures graves;
  • Après avoir utilisé une anesthésie;
  • Après une intervention chirurgicale complexe;
  • Dommages causés par un AVC;
  • Brûlures étendues;
  • Insuffisance respiratoire et cardiaque;
  • Après une lésion cérébrale traumatique accompagnée de lésions cérébrales;
  • Thrombose veineuse causée par des pathologies du système nerveux;
  • TELA;
  • Modifications pathologiques du cerveau et du système circulatoire central.

Compte tenu de la criticité du bien-être général du patient, une surveillance 24 heures sur 24 est effectuée dans l'unité de soins intensifs, dont le but est d'évaluer le travail de tous les organes et systèmes. Les experts déterminent la fonctionnalité de ces indicateurs:

  • Pression artérielle;
  • Le degré de saturation de la circulation sanguine en oxygène;
  • Battement de coeur;
  • Fréquence respiratoire.

Pour surveiller la dynamique des systèmes et organes importants à chaque minute, des capteurs d'équipement médical sont connectés au corps du patient. Afin de stabiliser l'état général du patient, parallèlement aux études diagnostiques, les médicaments nécessaires lui sont administrés par voie intraveineuse. Ils le font à l'aide de compte-gouttes afin que les médicaments pénètrent continuellement dans le corps..

Après une opération complexe, les patients sont admis à l'unité de soins intensifs avec des tubes de drainage. Avec leur aide, les médecins surveillent la vitesse et la qualité du processus de cicatrisation des plaies pendant la période postopératoire. Dans les situations dangereuses, lorsqu'une personne est dans un état extrêmement grave, des dispositifs médicaux supplémentaires lui sont connectés: un cathéter pour le prélèvement d'urine, un masque pour l'alimentation en oxygène.

Les patients dans cet état sont dans une position immobilisée. Le patient doit s'allonger, pratiquement sans bouger, car sinon l'ensemble obligatoire des équipements connectés pourrait être endommagé ou arraché. Dans ce cas, il court un grave danger sous forme d'hémorragie ouverte ou d'arrêt cardiaque..

Gravité des violations critiques

Pour déterminer le niveau de gravité des indicateurs d'une condition critique, le médecin prescrit des tests de diagnostic. Leur objectif est de révéler le degré de violation des fonctions vitales du corps, leur manifestation et la possibilité de guérison. Sur la base des données de diagnostic obtenues, une thérapie intensive est prescrite.

La criticité du fonctionnement du corps du patient est classée comme suit:

  • Satisfaisant;
  • De gravité modérée;
  • Maladie grave;
  • Extrêmement lourd
  • Terminal (avec une hypoxie croissante);
  • Décès clinique.

Après avoir effectué un examen visuel, interrogé des proches ou étudié la carte de consultation externe du patient (pour déterminer la présence de maladies chroniques), le médecin évalue les indicateurs suivants:

  • Poids;
  • La présence et la clarté de la conscience;
  • Indicateurs de pression artérielle et de température corporelle;
  • La fréquence des contractions cardiaques pour déterminer d'éventuels troubles du système cardiovasculaire;
  • La présence d'un œdème et des signes d'un processus inflammatoire;
  • La couleur de la peau et des muqueuses.

Parfois, de telles études ne suffisent pas, puis le médecin prescrit des diagnostics de laboratoire et de matériel. Après tout, c'est le seul moyen d'identifier les pathologies dangereuses sous la forme d'un ulcère ouvert, d'une leucémie aiguë ou de tumeurs cancéreuses..

Considérez comment les conditions de réanimation les plus dangereuses se manifestent, causées par un dysfonctionnement du corps..

Violations graves

Le patient développe tous les signes de décompensation des organes systémiques qui, sans traitement approprié, entraîneront une invalidité ou la mort..

Le plus souvent, le développement sévère de troubles survient à la suite d'une pathologie dangereuse, qui commence à progresser rapidement, se manifestant par des symptômes vifs. Les patients conscients présentent les plaintes suivantes:

  • Douleurs graves et fréquentes dans le cœur;
  • Essoufflement en position statique;
  • Anurie prolongée.

Le patient est confus, délirant et agité. Il hurle, demande de l'aide, gémit. Les traits du visage semblent pointus. Une confusion de conscience peut provoquer un syndrome convulsif..

Dans cet état, des changements pathologiques sont observés de la part du système cardiovasculaire:

  • Pouls faible;
  • Hypotension ou hypertension;
  • Les limites du cœur sont violées;
  • La perméabilité des gros vaisseaux est difficile.

Le corps se déshydrate rapidement, la peau devient pâle, presque grise, froide au toucher. Il y a des changements extrêmes dans le tissu pulmonaire, qui se manifestent par un œdème pulmonaire ou des crises d'asthme bronchique.

Du côté du tractus gastro-intestinal, la réaction du corps se manifeste comme suit:

Le traitement de ces patients est effectué dans l'unité de soins intensifs sous surveillance médicale continue..

Violations extrêmement graves

Le bien-être du patient se détériore rapidement: les systèmes de survie sont dans un état dépressif. La mort surviendra sans intervention médicale en temps opportun.

Les manifestations symptomatiques de troubles extrêmement graves sont les suivantes:

  • Une forte détérioration du bien-être général;
  • Crampes étendues sur tout le corps;
  • Le visage devient gris terreux, ses traits s'aiguisent;
  • Les tonalités du cœur sont à peine audibles;
  • La respiration est altérée;
  • Lorsque vous écoutez les poumons, la respiration sifflante est clairement audible;
  • Il n'est pas possible de déterminer les indicateurs de pression artérielle.

Il est impossible d'aider une personne seule avec de telles violations. Plus tôt l'aide médicale arrive, plus il y a de chances de sauver la vie du patient. Dans ce cas, la seule aide qui peut être apportée au patient est d'appeler immédiatement l'équipe d'ambulance d'urgence.

État grave stable

Les proches des patients qui ont été admis dans les unités de soins intensifs entendent les médecins la conclusion: la condition est toujours grave. Vaut-il la peine de craindre un tel diagnostic et qu'est-ce que cela signifie?

Un état stable signifie une perturbation du fonctionnement des systèmes vitaux de gravité modérée, qui, grâce aux efforts des médecins, ne devient pas extrêmement grave. Autrement dit, il n'y a pas de changements dynamiques dans le maintien de la vie du patient: ni positif ni négatif..

Pour ces patients, une surveillance 24 heures sur 24 est assurée à l'aide de dispositifs médicaux. Ils enregistrent les moindres changements des indicateurs suivis par le personnel médical. Les troubles sévères stables nécessitent le même traitement que dans les autres cas: administration de médicaments 24 heures sur 24 pour maintenir les fonctions vitales de l'organisme.

La durée de l'absence de changements dynamiques dépend de la nature de la pathologie et de sa gravité. Ainsi, une condition grave et constante est observée après la chirurgie, lorsque le patient est emmené à l'unité de soins intensifs au moment de la récupération de l'anesthésie. Sa durée est de 2 jours à 3 semaines..

Une fois que l'état grave et stable du patient a pris une dynamique positive à l'aide d'une thérapie intensive, il est déconnecté de l'équipement, qui soutenait artificiellement le maintien de la vie. Néanmoins, le patient et son état continuent d'être étroitement surveillés afin d'ajuster d'autres tactiques de traitement médicamenteux..

Ensuite, des examens diagnostiques sont effectués, après quoi un traitement supplémentaire est attendu..

4 degrés de coma, causes de développement et pronostic de survie

Avec un coma de grade 4, les chances de survie sont négligeables. Si dans les 20 à 30 minutes pendant les mesures de réanimation, il était possible de restaurer la respiration spontanée, les réflexes de la colonne vertébrale ou de la tige, les impulsions électriques du cerveau, la stabilisation d'un tel patient est possible.

Un état instable sévère d'un patient avec un coma de grade 3 peut progresser jusqu'à ce qu'un coma de grade 4 se développe. Il s'agit d'un état transcendantal caractérisé par une profonde dépression de toutes les fonctions corporelles. Le maintien de la vie est possible à l'aide d'appareils de respiration artificielle, de nutrition parentérale et de médicaments

Contenu:

  • Les raisons
  • Manifestations cliniques
  • Garder un patient dans le coma
  • Mort cérébrale
  • États pseudocomateux
  • Résultat

Les raisons

La condition terminale survient comme une complication d'une maladie grave qui ne répond pas au traitement:

  1. Diabète sucré, hypothyroïdie.
  2. Traumatisme cérébral.
  3. Tumeurs et troubles de la circulation cérébrale.
  4. Intoxication sévère, intoxication à l'éthanol, médicaments.

Manifestations cliniques

  • Les réflexes du patient disparaissent complètement, l'atonie musculaire se développe, il ne répond pas à la douleur et aux stimuli exogènes.
  • La pression artérielle est aussi basse que possible, le pouls est rapide ou pathologiquement lent.
  • La respiration est difficile, improductive, peut-être apnée.
  • Les élèves sont dilatés et ne se contractent pas à la lumière.
  • La température corporelle baisse.
  • L'EEG montre le manque d'activité bioélectrique du cerveau.

Garder un patient dans le coma

Si l'état du patient se détériore fortement et qu'il existe des hypothèses sur la mort cérébrale, des mesures d'urgence sont nécessaires:

  1. Connexion d'un ventilateur.
  2. Maintenir la tension artérielle avec des médicaments.
  3. Fournir un accès veineux en plaçant un cathéter veineux central.
  4. Alimentation par sonde gastrique.
  5. Prévention des escarres et de la pneumonie.

Prévoir! Avec un coma de grade 4, les chances de survie sont négligeables. Si dans les 20 à 30 minutes pendant les mesures de réanimation, il était possible de restaurer la respiration spontanée, les réflexes de la colonne vertébrale ou de la tige, les impulsions électriques du cerveau, alors la stabilisation d'un tel patient est possible. Sinon, le résultat est la mort cérébrale..

Mort cérébrale

Sur la base de données indiquant la fin du fonctionnement du cerveau, son tronc, le conseil des médecins confirme la mort du cerveau. Ce concept est légalement inscrit et détermine la mort d'une personne, malgré la présence d'une activité cardiaque et respiratoire, soutenue artificiellement.

Les systèmes de survie ont un coût élevé, par conséquent, à un certain stade, la question de la déconnexion du patient des dispositifs de soutien de la vie se pose. Cela crée la possibilité d'obtenir des organes de donneurs pour la transplantation..

Les critères suivants de mort cérébrale ont été définis:

  1. Dommages à la structure du cerveau. Une histoire de traumatisme est obligatoire, après quoi il est définitivement impossible de restaurer sa structure. Le diagnostic se fait par CT.
  2. Un examen complet confirme que la dépression n'est pas causée par une intoxication.
  3. La température corporelle est de 32 ° C ou plus. Un état hypothermique peut conduire à l'extinction de l'activité électrique sur l'EEG, mais lorsque la température augmente, les indicateurs sont rétablis.
  4. La période d'observation des blessures est de 6 à 24 heures, après l'intoxication médicamenteuse et chez les enfants, la durée d'observation est augmentée.
  5. Ne réagit pas avec le mouvement à une douleur intense, il n'y a pas de réactions réflexes à la douleur sous forme de respiration rapide, de palpitations.
  6. L'apnée est confirmée par un test spécial. Les poumons sont ventilés avec de l'oxygène humidifié pur ou mélangés avec du dioxyde de carbone pendant 10 minutes. Après cela, son approvisionnement est réduit. La respiration spontanée doit être rétablie dans les 10 minutes. Si cela ne se produit pas, la mort cérébrale est diagnostiquée..
  7. Absence de réflexes cornéens: pas de mouvement des yeux lors d'un test au froid, pupilles fixes, disparaît cornéen, pharyngien, réflexe nauséeux, clignement des yeux, déglutition.
  8. EEG comme ligne isoélectrique.
  9. Il n'y a pas de flux sanguin selon l'angiographie. Avec l'ophtalmoscopie, des érythrocytes collés se trouvent dans la rétine - un signe d'arrêt de la circulation sanguine.

États pseudocomateux

L'état de coma 4 doit être différencié des autres affections accompagnées de symptômes similaires:

1. Syndrome de la personne enfermée. L'endommagement des voies motrices conduit à la paralysie des muscles des membres, du cou et du visage, est une conséquence du blocage de l'artère principale ou de la tumeur du pont, un processus démyélinisant. Les patients ne peuvent pas bouger, prononcer des mots, mais comprendre la parole, cligner des yeux, bouger les yeux.

2. Mutisme akinétique. Un accident vasculaire cérébral, un traumatisme au thalamus, au mésencéphale, au noyau caudé, les voies motrices et sensorielles sont endommagés, une parésie ou une paralysie des muscles des membres se développe, la parole disparaît. Une personne peut ouvrir les yeux, effectuer parfois des mouvements ou prononcer des mots en réponse à un stimulus de la douleur. Mais l'éveil passe sans la participation de la conscience. Après la guérison, le patient conserve l'amnésie.

3. Abulia. Les lésions sont situées dans les lobes temporaux, le mésencéphale et le noyau caudé. La capacité de bouger et de parler est diminuée. Parfois, les patients peuvent sortir de cet état et répondre adéquatement aux stimuli, puis revenir à leur état d'origine.

4. Dépression sévère. Elle s'accompagne d'un état de stupeur, éventuellement d'immobilité complète et de perte de contact. La condition se développe progressivement. Le diagnostic de la tomodensitométrie ou de l'IRM ne montre aucun signe de lésion cérébrale.

5. Hystérie. Chez les personnes au comportement affectif prononcé, après une situation traumatique, il y a une immobilisation complète et un repli sur soi. Il n'y a aucun signe de dommages organiques aux structures cérébrales.

Résultat

Le coma 4 peut entraîner un état végétatif. Elle se caractérise par une alternance de sommeil et d'éveil, mais le contact ne peut être établi, il n'y a pas de conscience de la personnalité. La respiration est indépendante, la pression et l'activité cardiaque sont stables. Mouvements possibles en réponse à des stimuli.

Cette condition dure au moins un mois. Il ne sera jamais possible d'en sortir. Les fonctions cérébrales supérieures ne sont pas restaurées. Le décès du patient résulte de complications qui se sont jointes. publié par econet.ru.

P.S. Et rappelez-vous, simplement en changeant votre conscience - ensemble, nous changeons le monde! © econet

Avez-vous aimé l'article? Écrivez votre opinion dans les commentaires.
Abonnez-vous à notre FB:

Évaluation de la gravité de l'état du patient

Le système d'évaluation de la gravité de l'état du patient prédétermine à court terme des actions potentiellement possibles pour conduire une thérapie complexe ou la réanimation d'une personne. Quels sont les critères d'évaluation? Quelle est la précision des techniques de prévision nationales modernes? Quelles sont les caractéristiques du travail de l'unité de soins intensifs? Vous lirez à ce sujet et bien plus encore dans notre article..

La gravité de l'état du patient

L'état général du patient et ses types comprend des définitions de 5 étapes:

  • État satisfaisant. Les fonctions vitales du corps humain ne sont pas altérées,
  • Condition de gravité modérée. Il y a de légères perturbations des fonctions vitales avec la présence obligatoire de symptômes clairs, indiquant une évolution linéaire de la maladie, un processus pathologique, un syndrome,
  • Condition lourde. Altération modérée des fonctions vitales pour plusieurs indicateurs de base,
  • État extrêmement grave. Altération grave des fonctions vitales pour un certain nombre d'indicateurs de base,
  • État du terminal. Atteinte critique des fonctions vitales, dans la grande majorité des cas entraînant la mort.

Dans la pratique médicale moderne, il n'y a pas de mécanisme unique pour classer la gravité d'un patient..

Ainsi, dans le cadre de la pratique infirmière, la nécessité d'hospitalisation d'un patient sans prévision à court terme de la dynamique du processus est évaluée. Les soins intensifs incluent dans la gradation de nombreux paramètres spécifiques, y compris ceux diagnostiqués par des méthodes expresses de laboratoire et des méthodes de recherche instrumentale.

Satisfaisant

L'état satisfaisant du patient signifie que les fonctions des organes importants sont relativement compensées et cela est généralement observé en présence de formes bénignes de l'évolution de la maladie. Les principaux critères sont les suivants:

  • Conscience claire et position active,
  • Tension artérielle - 110-140 / 60-90 millimètres de mercure,
  • Fréquence respiratoire - 16 à 20 BP pendant 1 minute,
  • Température normale ou subfébrile, seuls les symptômes de la maladie sous-jacente sont observés,
  • Épiderme et tissu sous-cutané dans les limites normales,
  • Fréquence cardiaque - 60-90 par minute,
  • Les fonctions des organes vitaux sont compensées,
  • La nature de la maladie est stable avec une évolution légère ou modérée de la maladie et la présence d'indications générales d'hospitalisation en hôpital.

État modéré

Une condition de gravité modérée signifie que cette condition ne pose pas de danger immédiat pour la vie du patient. Les principaux critères sont les suivants:

  • Le travail du système nerveux. Le patient est conscient, peut être partiellement désorienté dans l'espace / temps. Il y a de la léthargie, un dynamisme et une certaine difficulté dans le contact vocal,
  • Fonctionnalité. Position forcée ou active au lit tout en conservant la capacité de prendre soin de soi,
  • Peau. Il y a un gonflement, une pâleur sévère ou une cyanose modérée,
  • Indicateur de température. Température corporelle - basse ou élevée, il y a de la fièvre,
  • Paramètres du système cardiovasculaire. Sont au stade d'insuffisance compensée. Il y a des signes modérés de trouble de la microcirculation, de pâturage des membres inférieurs. Il y a une bradycardie ou une tachycardie, une pression artérielle basse ou élevée dans 10 à 15% de la normale,
  • Fonctions respiratoires. La tachypnée avec une fréquence de 21-30 DD / minute ou la bradypnée avec une fréquence de 11-8 DD / minute est déterminée. Pour la respiration, le patient utilise occasionnellement des muscles auxiliaires, une assistance respiratoire de base est nécessaire. Les lectures de gaz sanguins sont compensées,
  • État général des organes internes. Une partie de la fonction est décompensée, mais ne constitue pas une menace immédiate pour les signes vitaux de base,
  • Symptômes secondaires. En plus des signes de la maladie sous-jacente, des troubles dyspeptiques sévères sont observés, des signes d'hémorragie gastro-intestinale se forment et les risques de complications aiguës augmentent.,
  • Tactiques médicales. Le patient nécessite des soins d'urgence et une hospitalisation de manière générale.

Stable lourd

En règle générale, un état grave et stable en soins intensifs signifie qu'il n'y a pas d'amélioration, mais pas de détérioration, c'est-à-dire pas de dynamique, pas de changement. Dans cet état, le patient de l'unité de soins intensifs est constamment surveillé par des médecins et des infirmières, à la fois visuellement et à l'aide de matériel de diagnostic..

Dans la plupart des cas, le pronostic pour un patient dans cette condition avec un traitement d'urgence rapide est favorable. Vous pouvez comprendre une maladie grave et constante grâce aux principaux critères suivants:

  • Le travail du système nerveux. Déficience ou dépression de conscience, apathie complète et somnolence. Faible mobilité avec préservation partielle des réactions de défense coordonnées de base,
  • Fonctionnalité. Agitation psychomotrice avec une position passive ou forcée. Manque de libre-service et besoin de soins tiers constants,
  • Peau. Pâleur sévère de l'épiderme et cyanose prononcée en état de repos complet,
  • Indicateurs de température. Hypothermie ou hyperthermie sévère,
  • Paramètres du système cardiovasculaire. Il y a une augmentation ou une diminution significative de la pression (Ps inférieur à 40 ou supérieur à 120, pression artérielle systolique - 79-60), le patient nécessite un soutien cardiotrope dans le contexte d'une insuffisance circulatoire aiguë et des signes prononcés de microcirculation altérée du flux sanguin systémique,
  • Fonctions respiratoires. Il existe des conditions préalables pour transférer une personne vers une ventilation pulmonaire artificielle. La tachypnée est observée à plus de 35 DD / minute ou la bradypnée est inférieure à 8 DD / minute,
  • État général des organes internes. La décompensation explicite perturbe le fonctionnement des fonctions vitales et peut à moyen terme conduire à un handicap profond,
  • Symptômes secondaires. Complications sévères, souvent associées à des vomissements indomptables, diarrhée abondante, péritonite, saignements massifs dans le tractus gastro-intestinal dans le contexte des principaux signes de la maladie.

État extrêmement grave

Dans un état extrêmement grave, la réanimation est effectuée immédiatement, car des violations des fonctions vitales de base du corps sans mesures urgentes et intensives peuvent entraîner la mort du patient. Le pronostic d'une maladie extrêmement grave en soins intensifs dépend de la durée de la maladie. Les principaux critères sont les suivants:

  • Le travail du système nerveux. Absence de signes d'activité mentale dans le contexte d'une perte de conscience. Ancêtre profond ou coma,
  • Fonctionnalité. Le plus souvent passif ou absent. Dans certains cas, des convulsions et une excitation motrice générale dé-coordonnée sont observées.,
  • Peau. Pâleur crétacée de la peau, cyanose profonde, visage mortellement pâle aux traits pointus, couvert de sueur froide,
  • Paramètres du système cardiovasculaire. La pression artérielle n'est pas détectée, le pouls est détecté exclusivement sur les artères carotides. Avec un support cardiotrope et vasopresseur actif, des valeurs de Ps inférieures à 40 ou supérieures à 120 sont observées, la pression artérielle systolique est inférieure à 60,
  • Fonctions respiratoires. Intermittent, rare, ne se stabilise pas avec l'utilisation de la ventilation mécanique. La tachypnée atteint 60 DD / minute. Bradypnée - 5 DD ou moins / minute,
  • État général des organes internes. Violations graves des fonctions vitales de base du corps, entraînant un handicap à court terme,
  • Symptômes secondaires. Troubles dyspeptiques sévères avec hémorragie systémique intense, œdème pulmonaire total, autres manifestations dans le contexte d'une défaillance partielle des organes internes,
  • Tactiques médicales. Thérapie immédiate dans une unité de soins intensifs.

Diplôme terminal

Les principaux critères sont les suivants:

  • Système nerveux central. Aréflexie, mort cérébrale partielle ou complète observée,
  • Le système cardiovasculaire. Il n'y a aucun signe d'activité cardiaque, une récupération indépendante est impossible - une réanimation et une circulation sanguine auxiliaire sont nécessaires,
  • Souffle. Il n'y a pas de respiration spontanée. La ventilation à l'oxygène pur dans le mode de fonctionnement maximal de l'appareil ne stabilise pas les indicateurs - la PaO2 devient inférieure à 70 millimètres de mercure et la PaCO2 est supérieure à 55 millimètres de mercure,
  • État général et tactiques médicales. Le degré terminal provoque des troubles critiques des fonctions vitales avec les risques les plus élevés de développer une mort rapide. Les tactiques médicales tentent de stabiliser les signes vitaux.

Inconscience

Dans les conditions de l'unité de soins intensifs, le terme inconscience du patient signifie la transition d'une personne dans le coma. Il comporte 3 étapes principales:

  • Stade 1. Il y a une activité cardiaque et respiratoire stable. La photoréaction des pupilles, la toux, les vomissements et les réflexes cornéens sont préservés. Le pronostic global est conditionnellement favorable,
  • Stade 2. Il y a hyperthermie, hyporéflexie avec préservation d'une partie des fonctions sans mydriase bilatérale. La bradypnée ou la tachypnée, la bradycardie ou la tachycardie se développent en arrière-plan. Le pronostic global est conditionnellement défavorable,
  • Stade 3. Aréflexie, troubles critiques des fonctions et paramètres vitaux, mydriase bilatérale. Pronostic - mauvais, avec des risques élevés de décès.

Caractéristiques de l'unité de soins intensifs

L'unité de soins intensifs des grands hôpitaux est une structure distincte conçue pour fournir des soins médicaux d'urgence. Les départements de ce type sont spécialisés ou généraux.

Dans l'unité de soins intensifs, un réanimateur traite plusieurs patients (de 2 à 4). Différences spécifiques par rapport aux départements réguliers:

  • Travail 24 heures sur 24 de spécialistes spécialisés,
  • Equipement technique et pharmaceutique maximal possible,
  • Système de soins bien établi avec des canaux opérationnels pour le transport et le service des patients.

Une personne n'est pas en soins intensifs depuis longtemps - la tâche des spécialistes spécialisés est de stabiliser l'état du patient à un stade moyen ou modéré avec le transfert ultérieur d'une personne vers des services généraux spécialisés.

Qu'est-ce qu'une condition grave persistante en soins intensifs

Le traitement en réanimation est une situation très stressante pour le patient. En effet, dans de nombreux centres de réanimation, il n'y a pas de service séparé pour les hommes et les femmes. Les patients sont souvent nus, avec des plaies ouvertes. Et vous devez faire face à votre besoin sans sortir du lit. L'unité de soins intensifs est représentée par une unité hautement spécialisée de l'hôpital. Les patients sont envoyés en soins intensifs:

  • dans un état critique;
  • avec des maladies graves;
  • en présence de blessures graves;
  • après anesthésie;
  • après une opération complexe.

Service de réanimation, ses caractéristiques

En raison de la gravité de l'état du patient, une surveillance 24 heures sur 24 est effectuée dans l'unité de soins intensifs. Des spécialistes surveillent le fonctionnement de tous les organes et systèmes vitaux. Les indicateurs suivants sont suivis:

  • niveau de pression artérielle;
  • saturation en oxygène du sang;
  • Fréquence respiratoire;
  • rythme cardiaque.

Pour déterminer tous ces indicateurs, de nombreux équipements spéciaux sont connectés au patient. Pour stabiliser l'état du patient, des médicaments sont administrés 24 heures sur 24 (24 heures). L'introduction de médicaments se fait par l'accès vasculaire (veines des bras, du cou, de la poitrine sous-clavière).

Chez les patients de l'unité de soins intensifs après la chirurgie, les tubes de drainage sont temporairement laissés. Ils sont nécessaires pour surveiller le processus de cicatrisation des plaies après la chirurgie..

L'état extrêmement grave des patients implique la nécessité de fixer un grand nombre d'équipements spéciaux au patient, ce qui est nécessaire pour surveiller les signes vitaux. Divers dispositifs médicaux sont également utilisés (sonde urinaire, compte-gouttes, masque à oxygène).

Tous ces dispositifs limitent considérablement l'activité motrice du patient, il est incapable de sortir du lit. Une activité excessive peut déconnecter les équipements critiques. Ainsi, après avoir retiré le compte-gouttes, le saignement peut s'ouvrir et la déconnexion du stimulateur cardiaque provoquera un arrêt cardiaque..

Détermination de l'état du patient

La gravité de l'état du patient est déterminée par des experts en fonction de la décompensation des fonctions vitales du corps, de leur présence et du degré de gravité. En fonction de ces indicateurs, le médecin prescrit des mesures diagnostiques et thérapeutiques. Le spécialiste établit les indications d'hospitalisation, détermine la portabilité, l'issue probable de la maladie.

L'état général du patient a la classification suivante:

  1. Satisfaisant.
  2. Gravité modérée.
  3. Maladie grave.
  4. Extrêmement lourd.
  5. Terminal.
  6. Décès clinique.

L'une de ces conditions en soins intensifs est déterminée par le médecin en fonction des facteurs suivants:

  • examen du patient (général, local);
  • familiarisation avec ses plaintes;
  • examen des organes internes.

Lors de l'examen d'un patient, un spécialiste se familiarise avec les symptômes existants de maladies, de blessures: apparence du patient, graisse, son état de conscience, température corporelle, présence d'œdème, foyers d'inflammation, couleur de l'épithélium, muqueuses. Les indicateurs du fonctionnement du système cardiovasculaire, les organes respiratoires sont considérés comme particulièrement importants.

Dans certains cas, une détermination précise de l'état du patient n'est possible qu'après réception des résultats d'études supplémentaires en laboratoire et instrumentales: la présence d'un ulcère hémorragique après gastroscopie, la détection de signes de leucémie aiguë dans des tests sanguins, la visualisation des métastases cancéreuses dans le foie grâce à des diagnostics échographiques.

Maladie grave

Une condition grave signifie une situation dans laquelle le patient développe une décompensation de l'activité des systèmes et organes vitaux. Le développement de cette décompensation est dangereux pour la vie du patient, et peut également conduire à son handicap profond..

Habituellement, une affection grave est observée en cas de complications de la maladie actuelle, qui se caractérise par des manifestations cliniques prononcées à progression rapide. Pour les patients dans cet état, les plaintes suivantes sont caractéristiques:

  • douleur fréquente au cœur;
  • manifestation d'essoufflement dans un état calme;
  • la présence d'une anurie prolongée.

Le patient peut délirer, demander de l'aide, gémir, ses traits du visage s'aiguisent, une dépression de la conscience du patient est notée. Dans certains cas, il y a des états d'agitation psychomotrice, des crises générales.

Habituellement, les symptômes suivants indiquent un état grave du patient:

  • augmentation de la cachexie;
  • anasarka;
  • hydropisie des caries;
  • déshydratation rapide du corps, dans laquelle il y a sécheresse des muqueuses, diminution de la turgescence de l'épiderme;
  • la peau devient pâle;
  • fièvre hyperpyrétique.

Lors du diagnostic du système cardiovasculaire, les éléments suivants sont trouvés:

  • pouls filiforme;
  • hypo-, hypertension artérielle;
  • affaiblissement du ton sur l'apex;
  • expansion des limites cardiaques;
  • détérioration de la perméabilité à l'intérieur des gros troncs vasculaires (artériel, veineux).

Lors du diagnostic du système respiratoire, les experts notent:

  • tachypnée plus de 40 par minute;
  • la présence d'une obstruction des voies respiratoires supérieures;
  • œdème pulmonaire;
  • crises d'asthme bronchique.

Tous ces indicateurs indiquent un état très grave du patient. En plus des symptômes énumérés, le patient présente des vomissements, des symptômes de péritonite diffuse, une diarrhée abondante, une épistaxis, des saignements utérins et gastriques..

Tous les patients atteints d'une maladie très grave sont soumis à une hospitalisation obligatoire. Cela signifie que leur traitement est effectué dans l'unité de soins intensifs..

État grave stable

Ce terme est assez souvent utilisé par les médecins de l'unité de soins intensifs. De nombreux proches de patients s'intéressent à la question: état grave stable en soins intensifs, qu'est-ce que cela signifie?

Tout le monde sait ce que signifie une condition très grave, nous l'avons examinée dans le paragraphe précédent. Mais l'expression «constamment lourd» fait souvent peur aux gens.

Les patients dans cet état sont sous la surveillance constante de spécialistes. Les médecins, les infirmières surveillent tous les indicateurs vitaux du corps. Dans cette expression, la stabilité de l'État est des plus agréables. Malgré le manque d'amélioration du patient, il n'y a toujours pas de détérioration de l'état du patient.

Une condition sévère persistante peut durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. Il diffère de l'état grave habituel par l'absence de dynamique, de changements. Le plus souvent, cette condition survient après une chirurgie lourde. Les processus vitaux du corps sont soutenus par un équipement spécial. Après avoir éteint l'équipement, le patient sera sous la surveillance étroite du personnel médical.

État extrêmement grave

Dans cette condition, il y a une violation brutale de toutes les fonctions vitales du corps. Sans la fourniture de mesures médicales urgentes, la mort du patient peut survenir. Dans cette condition, on note:

  • oppression aiguë du patient;
  • convulsions générales;
  • le visage est pâle, pointu;
  • les bruits cardiaques sont mal audibles;
  • trouble respiratoire;
  • une respiration sifflante se fait entendre dans les poumons;
  • la pression artérielle ne peut pas être déterminée.

Évaluation de la gravité de l'état du patient

Le système d'évaluation de la gravité de l'état du patient prédétermine à court terme des actions potentiellement possibles pour conduire une thérapie complexe ou la réanimation d'une personne. Quels sont les critères d'évaluation? Quelle est la précision des techniques de prévision nationales modernes? Quelles sont les caractéristiques du travail de l'unité de soins intensifs? Vous lirez à ce sujet et bien plus encore dans notre article..

La gravité de l'état du patient

L'état général du patient et ses types comprend des définitions de 5 étapes:

  • État satisfaisant. Les fonctions vitales du corps humain ne sont pas altérées;
  • Condition de gravité modérée. Il y a de légères perturbations des fonctions vitales avec la présence obligatoire de symptômes clairs, indiquant une évolution linéaire de la maladie, un processus pathologique, un syndrome;
  • Condition lourde. Altération modérée des fonctions vitales pour plusieurs indicateurs de base;
  • État extrêmement grave. Violation grave des fonctions vitales pour un certain nombre d'indicateurs de base;
  • État du terminal. Atteinte critique des fonctions vitales, dans la grande majorité des cas entraînant la mort.

Ainsi, dans le cadre de la pratique infirmière, la nécessité d'hospitalisation d'un patient sans prévision à court terme de la dynamique du processus est évaluée. Les soins intensifs incluent dans la gradation de nombreux paramètres spécifiques, y compris ceux diagnostiqués par des méthodes expresses de laboratoire et des méthodes de recherche instrumentale.

Satisfaisant

L'état satisfaisant du patient signifie que les fonctions des organes importants sont relativement compensées et cela est généralement observé en présence de formes bénignes de l'évolution de la maladie. Les principaux critères sont les suivants:

  • Conscience claire et position active;
  • Tension artérielle - 110-140 / 60-90 millimètres de mercure;
  • Fréquence respiratoire - 16 à 20 DD pendant 1 minute;
  • Fièvre normale ou faible, seuls les symptômes de la maladie sous-jacente sont observés;
  • L'épiderme et le tissu sous-cutané sont dans les limites normales;
  • Fréquence cardiaque - 60-90 par minute;
  • Les fonctions des organes vitaux sont compensées;
  • La nature de la maladie est stable avec une évolution légère ou modérée de la maladie et la présence d'indications générales d'hospitalisation en hôpital.

État modéré

Une condition de gravité modérée signifie que cette condition ne pose pas de danger immédiat pour la vie du patient. Les principaux critères sont les suivants:

  • Le travail du système nerveux. Le patient est conscient, peut être partiellement désorienté dans l'espace / temps. On observe une léthargie, un dynamisme et une certaine difficulté au contact de la parole;
  • Fonctionnalité. Position forcée ou active au lit tout en conservant la capacité de libre-service;
  • Peau. Il y a un gonflement, une pâleur sévère ou une cyanose de gravité modérée;
  • Indicateur de température. Température corporelle - basse ou élevée, il y a de la fièvre;
  • Paramètres du système cardiovasculaire. Sont au stade d'insuffisance compensée. Il y a des signes modérés de trouble de la microcirculation, de pâturage des membres inférieurs. Il existe une bradycardie ou une tachycardie, une pression artérielle basse ou élevée dans les 10 à 15% de la norme;
  • Fonctions respiratoires. La tachypnée avec une fréquence de 21-30 DD / minute ou la bradypnée avec une fréquence de 11-8 DD / minute est déterminée. Pour la respiration, le patient utilise occasionnellement des muscles auxiliaires, une assistance respiratoire de base est nécessaire. Les indicateurs de gaz sanguins sont compensés;
  • État général des organes internes. Une partie de la fonction est décompensée, mais ne constitue pas une menace immédiate pour les signes vitaux de base;
  • Symptômes secondaires. En plus des signes de la maladie sous-jacente, des troubles dyspeptiques sévères sont observés, des signes d'hémorragie gastro-intestinale se forment et les risques de complications aiguës augmentent;
  • Tactiques médicales. Le patient nécessite des soins d'urgence et une hospitalisation de manière générale.

Stable lourd

En règle générale, un état grave et stable en soins intensifs signifie qu'il n'y a pas d'amélioration, mais pas de détérioration, c'est-à-dire pas de dynamique, pas de changement. Dans cet état, le patient de l'unité de soins intensifs est constamment surveillé par des médecins et des infirmières, à la fois visuellement et à l'aide de matériel de diagnostic..

Dans la plupart des cas, le pronostic pour un patient dans cette condition avec un traitement d'urgence rapide est favorable. Vous pouvez comprendre une maladie grave et constante grâce aux principaux critères suivants:

  • Le travail du système nerveux. Déficience ou dépression de conscience, apathie complète et somnolence. Faible mobilité avec préservation partielle des réactions de défense coordonnées de base;
  • Fonctionnalité. Agitation psychomotrice avec une position passive ou forcée. Manque de libre-service et besoin de soins tiers constants;
  • Peau. Pâleur sévère de l'épiderme et cyanose prononcée en état de repos complet;
  • Indicateurs de température. Hypothermie ou hyperthermie sévère;
  • Paramètres du système cardiovasculaire. Il y a une augmentation ou une diminution significative de la pression (Ps inférieur à 40 ou supérieur à 120, pression artérielle systolique - 79-60), le patient nécessite un soutien cardiotrope dans le contexte d'une insuffisance circulatoire aiguë et de signes prononcés de microcirculation altérée du flux sanguin systémique;
  • Fonctions respiratoires. Il existe des conditions préalables pour transférer une personne vers une ventilation pulmonaire artificielle. La tachypnée est supérieure à 35 DD / minute ou la bradypnée est inférieure à 8 DD / minute;
  • État général des organes internes. La décompensation explicite perturbe le travail des fonctions vitales et peut conduire à moyen terme à un handicap profond;
  • Symptômes secondaires. Complications sévères, souvent associées à des vomissements indomptables, diarrhée abondante, péritonite, saignements massifs dans le tractus gastro-intestinal dans le contexte des principaux signes de la maladie.

État extrêmement grave

Dans un état extrêmement grave, la réanimation est effectuée immédiatement, car des violations des fonctions vitales de base du corps sans mesures urgentes et intensives peuvent entraîner la mort du patient. Le pronostic d'une maladie extrêmement grave en soins intensifs dépend de la durée de la maladie. Les principaux critères sont les suivants:

  • Le travail du système nerveux. Absence de signes d'activité mentale dans le contexte d'une perte de conscience. Antécédent profond ou coma;
  • Fonctionnalité. Le plus souvent passif ou absent. Dans certains cas, des convulsions et une excitation motrice générale décoordonnée sont observées;
  • Peau. Pâleur crétacée de la peau, cyanose profonde, visage pâle et mortel aux traits pointus, couvert de sueur froide;
  • Paramètres du système cardiovasculaire. La pression artérielle n'est pas détectée, le pouls est détecté exclusivement sur les artères carotides. Avec un support cardiotrope et vasopresseur actif, les valeurs de Ps sont inférieures à 40 ou supérieures à 120, la pression artérielle systolique est inférieure à 60;
  • Fonctions respiratoires. Intermittent, rare, ne se stabilise pas avec l'utilisation de la ventilation mécanique. La tachypnée atteint 60 DD / minute. Bradypnée - 5 DD ou moins / minute;
  • État général des organes internes. Violations graves des fonctions vitales de base du corps, entraînant un handicap à court terme;
  • Symptômes secondaires. Troubles dyspeptiques sévères avec saignements systémiques intenses, œdème pulmonaire total, autres manifestations dans le contexte d'une défaillance partielle des organes internes;
  • Tactiques médicales. Thérapie immédiate dans une unité de soins intensifs.

Diplôme terminal

Les principaux critères sont les suivants:

  • Système nerveux central. Une aréflexie, une mort cérébrale partielle ou complète est observée;
  • Le système cardiovasculaire. Il n'y a aucun signe d'activité cardiaque, une récupération indépendante est impossible - une réanimation et une circulation sanguine auxiliaire sont nécessaires;
  • Souffle. Il n'y a pas de respiration spontanée. La ventilation à l'oxygène pur dans le mode de fonctionnement maximal de l'appareil ne stabilise pas les indicateurs - la PaO2 devient inférieure à 70 millimètres de mercure et la PaCO2 est supérieure à 55 millimètres de mercure;
  • État général et tactiques médicales. Le degré terminal provoque des troubles critiques des fonctions vitales avec les risques les plus élevés de développer une mort rapide. Les tactiques médicales tentent de stabiliser les signes vitaux.

Inconscience

Dans les conditions de l'unité de soins intensifs, le terme inconscience du patient signifie la transition d'une personne dans le coma. Il comporte 3 étapes principales:

  • Stade 1. Il y a une activité cardiaque et respiratoire stable. La photoréaction des pupilles, la toux, les vomissements et les réflexes cornéens sont préservés. Le pronostic général est conditionnellement favorable;
  • Stade 2. Il y a hyperthermie, hyporéflexie avec préservation d'une partie des fonctions sans mydriase bilatérale. La bradypnée ou la tachypnée, la bradycardie ou la tachycardie se développent en arrière-plan. Le pronostic général est conditionnellement défavorable;
  • Stade 3. Aréflexie, troubles critiques des fonctions et paramètres vitaux, mydriase bilatérale. Pronostic - mauvais, avec des risques élevés de décès.

Caractéristiques de l'unité de soins intensifs

L'unité de soins intensifs des grands hôpitaux est une structure distincte conçue pour fournir des soins médicaux d'urgence. Les départements de ce type sont spécialisés ou généraux.

Dans l'unité de soins intensifs, un réanimateur traite plusieurs patients (de 2 à 4). Différences spécifiques par rapport aux départements réguliers:

  • Travail 24 heures sur 24 de spécialistes spécialisés;
  • Équipement technique et de préparation maximal possible;
  • Système de soins bien établi avec des canaux opérationnels pour le transport et le service des patients.

Une personne n'est pas en soins intensifs depuis longtemps - la tâche des spécialistes spécialisés est de stabiliser l'état du patient à un stade moyen ou modéré avec le transfert ultérieur d'une personne vers des services généraux spécialisés.

Victor Sistemov - expert du site 1Travmpunkt

État sévère, sévère et extrêmement grave du patient

Aujourd'hui, j'ai décidé de parler des conditions du patient dans lesquelles nous l'envoyons aux soins intensifs. Analysons le concept de «condition grave d'un patient en soins intensifs», et ce que cela signifie pour les proches, quelles prédictions nous donnons en même temps.

Critères d'évaluation de la gravité de l'état du patient

Les proches et amis d'une personne qui s'est retrouvée dans l'unité de soins intensifs d'un hôpital, par exemple après une blessure ou une intervention chirurgicale, sont très inquiets. Ils sont particulièrement inquiets lorsqu'ils sont informés que le patient est dans un état grave et stable et qu'il est en réanimation. L'anxiété augmente si les visites chez le patient pour une raison quelconque sont interdites ou impossibles.

J'essaierai d'expliquer ce que signifie l'état grave d'un patient en soins intensifs en termes simples. Mais d'abord, quelques mots sur la façon dont nous déterminons la gravité.

Les patients sont transférés vers l'unité de soins intensifs ou depuis les services spécialisés de l'hôpital, il s'agit de chirurgie, thérapie, neurologie si l'état du patient s'est fortement dégradé, par exemple après une chirurgie.

Ces patients ont déjà été examinés, le diagnostic est établi. La décision de transfert en unité de soins intensifs est prise par l'anesthésiste-réanimateur.

Ou il arrive que les patients viennent en ambulance. Dans la salle d'urgence, ils décident immédiatement dans quel service envoyer le patient. Au cours de l'examen, l'état, l'apparence, la couleur de la peau, la conscience, la pression artérielle, le pouls et la respiration du patient sont évalués. Nous prenons également en compte le soi-disant indice de choc, c'est avec une perte de sang importante. Nous collectons les analyses minimales, les plus nécessaires. Si, selon une évaluation préliminaire, le réanimateur juge l'état grave et extrêmement grave, nous affectons immédiatement le patient à l'unité de soins intensifs. Il n'y a pas de temps pour réfléchir ici; cher chaque minute il n'y a pas de temps pour penser, le temps est précieux.

Ensuite, nous prenons des analyses plus détaillées et établissons un plan de traitement. Ce n'est qu'après que des conclusions sont tirées, sur la base desquelles des prévisions sont faites..

État grave stable

Si le médecin vous a informé que le patient a un état grave stable en soins intensifs, que signifie cette évaluation. Comment se sent le patient?

Une condition grave persistante en soins intensifs est lorsque la condition reste grave et que les fonctions vitales sont maintenues médicalement au niveau requis. Dans le même temps, il n'y a aucun signe de détérioration. Si après un certain temps, il devient possible d'arrêter la prise en charge des médicaments pour l'hémodynamique, le patient respire, l'hémodynamique est stable, les reins fonctionnent - nous l'estimons comme lourd. Il y a donc une amélioration. Comme on dit, dynamique positive. Mais en même temps, le patient reste en soins intensifs comme auparavant.

Il y a 2 autres degrés de la condition - c'est satisfaisant et modéré - avec eux le patient se trouve dans le service.

Dans un état toujours grave, le patient peut être lucide, mais parfois opaque, pour signaler une douleur. Lorsque l'état du patient s'aggrave, le patient peut tomber dans une stupeur (ou stupeur), c'est-à-dire qu'il devient léthargique, ne répond pas aux questions, commence à s'extasier.

La température corporelle peut atteindre des valeurs élevées, 40-41 degrés, ou, au contraire, tomber en dessous de la normale.

Le pouls est faible, la pression artérielle peut être à la fois considérablement augmentée et diminuée. Respiration rapide, jusqu'à 40 respirations par minute ou plus.

La peau du patient devient blanc craie ou bleuâtre. Un œdème peut apparaître. Et aussi des troubles du système digestif peuvent apparaître: vomissements persistants sévères, diarrhée, selles molles.

Vous devez comprendre qu'il n'est pas du tout nécessaire d'observer tous ces signes.!

Les proches et amis du patient doivent savoir que l'état grave des soins intensifs après l'opération n'est pas lié, comme on le pense généralement, aux conséquences de l'anesthésie. Il s'agit d'une conséquence d'une maladie ou d'une blessure sous-jacente, par exemple à la suite d'un accident ou d'un accident.

Il est très difficile de prévoir le cours des événements. Par exemple, un patient a un état grave après une blessure au couteau, le pronostic peut être complètement différent. L'amélioration de la santé du patient dépend de nombreux facteurs: la façon dont le corps combat activement, s'il y a des maladies concomitantes, s'il y a des complications.

Le comportement des proches est également important. Ils doivent essayer de rester calmes lorsqu'ils rendent visite à un être cher à l'hôpital, pour le rassurer.

Condition extrêmement grave: signes caractéristiques et prévisions possibles

Pour une condition extrêmement grave en soins intensifs, les symptômes suivants sont caractéristiques. Il s'agit d'une conscience dépressive, très rarement le patient est clairement conscient de ce qui se passe. Dans le pire des cas, le coma est possible.

La température corporelle peut varier de normale à basse ou très élevée. La peau est pâle, parfois de la transpiration froide apparaît, les gouttes de sueur sont grosses. Les traits du visage sont aiguisés. Des contractions convulsives sont possibles.

Dans un état très grave en réanimation, la respiration du patient est généralement très rapide, 60 respirations par minute. Si un œdème pulmonaire se produit, il peut être interrompu et devenir excessivement profond, la "grande respiration" de Kussmaul est observée. Ou les phases de respirations peu profondes et rares sont remplacées par des mouvements respiratoires fréquents et profonds - c'est la respiration périodique de Cheyne-Stokes.

Les fonctions des organes vitaux sont altérées. La maladie sous-jacente est aggravée, des complications se développent.

Un tel patient est placé dans le service de l'unité de soins intensifs, où il sera sous surveillance médicale constante et sera connecté à l'équipement de suivi. Il est impossible de dire combien de temps dure une condition extrêmement grave en soins intensifs dans chaque cas particulier. Cela dépend de l'âge du patient, des raisons de l'hospitalisation et des réactions aux médicaments. Mais l'espoir d'une amélioration ne vaut pas la peine d'être perdu. Il y a des cas où des personnes sont sorties d'un coma à long terme.

Si vous essayez de connaître le pronostic d'un patient atteint d'une maladie extrêmement grave en réanimation, ne vous limitez pas à appeler le service. Cela ne vous donnera que des informations sèches. La meilleure option est de venir à l'hôpital et d'en parler à votre médecin. Il ne faut pas oublier que les opinions des experts sont subjectives. Lors de l'établissement d'un pronostic, le médecin se base sur les indicateurs de base du patient. Mais il arrive que des patients apparemment désespérés sortent d'un état extrême et se rétablissent.

Si vous avez des questions, vous pouvez me les poser dans les commentaires..

J'ai créé ce projet pour vous parler en langage simple de l'anesthésie et de l'anesthésie. Si vous avez reçu une réponse à votre question et que le site vous a été utile, je me ferai un plaisir de vous accompagner, cela contribuera à développer davantage le projet et à compenser les coûts de sa maintenance.